•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la transmission dans les usines de Brampton montrée du doigt

Un homme fait de la soudure.

Le secteur industriel de la région de Peel est responsable de plusieurs éclosions de COVID-19, selon le médecin hygiéniste de la région.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

CBC News

Le nombre de cas obstinément élevé de COVID-19 dans la région de Peel, en banlieue de Toronto, est dû à la transmission dans les usines de Brampton. Des experts exigent d’ailleurs de nouvelles restrictions afin d’endiguer ces éclosions.

C’est ce qu’a déclaré le médecin hygiéniste de la région, le Dr Lawrence Loh, samedi matin.

Deux mois après le retour des mesures de confinement les plus strictes dans la région, le Dr Loh affirme avoir un meilleur portrait de la situation. Quand on regarde de plus près, on se rend compte qu'il s'agit d'éclosions sur des lieux de travail, a-t-il déclaré en entrevue à CBC News.

En un mot, si vous voulez réduire le nombre de cas quotidiens dans la région de Peel, vous devez vraiment vous attaquer à la transmission au sein de la main-d'œuvre essentielle.

Un homme parle d'un podium

Le Dr Lawrence Loh est le médecin hygiéniste de la région de Peel, en banlieue de Toronto.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Le secteur industriel et manufacturier de Peel, qui est en grande partie concentré à Brampton, a été à l'origine de 39,7 % des 204 éclosions qui ont été découvertes dans des lieux de travail de la région depuis le début de la pandémie. Le commerce au détail, lui, représente 13,7 % des éclosions sur le lieu de travail.

Le Dr Loh veut que la province réduise sa liste des lieux de travail considérés comme essentiels et donc autorisés à rester ouverts pendant le confinement.

Nous avons demandé au gouvernement provincial d'examiner un peu plus attentivement la liste des entreprises essentielles, a-t-il déclaré.

Brampton est également en tête de la région de Peel avec un taux de positivité de 15,2 % au dernier décompte, ce qui est environ trois fois plus élevé que la moyenne provinciale enregistrée pendant la majeure partie de la semaine passée.

Les travailleurs de la santé de première ligne affirment que les gens de ces industries représentent une partie importante des personnes ayant besoin de tests et d'autres services de santé.

Les efforts pour soutenir les travailleurs de l'industrie ont augmenté cette semaine, avec notamment l'ouverture d'un nouveau site de tests COVID-19 à Brampton.

Le Dr Raj Gewal, directeur médical du nouveau site de diagnostic au centre des congrès Embassy Grand, a déclaré que le site a été conçu spécifiquement pour servir les travailleurs en milieu industriel.

Portrait d'un homme qui porte de l'équipement de protection personnelle.

Le Dr Raj Grewal affirme que le nouveau centre de dépistage accueille déjà plusieurs travailleurs des usines visées.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Des efforts sont déployés pour répondre aux besoins de ces travailleurs. Il est possible d’y prendre un rendez-vous le jour même et les heures d'ouverture sont plus longues qu’ailleurs. Une campagne de publicité est en cours dans les usines ciblées.

Nous avons déjà reçu ce matin un grand nombre de personnes en provenance de ces lieux de travail, a déclaré le Dr Grewal vendredi. Il a ajouté que des travailleurs des usines au nord-est de Brampton ont été parmi les premiers à se présenter pour les tests.

Brampton a également ouvert de nouveaux centres d'isolement cette semaine, en partenariat avec le gouvernement provincial.

Nous voyons beaucoup de personnes venant de certains des entrepôts, a déclaré Clinton Barreto, un infirmier praticien qui travaille dans les centres d'isolement de la région de Peel. Il ajoute que de nombreux travailleurs des usines de la ville n'ont pas d'espace pour s'isoler en toute sécurité dans leur propre maison.

La liste des travailleurs essentiels intouchée

Dans une déclaration envoyée à CBC News, le ministère du travail de l'Ontario n'a pas indiqué s'il prévoyait revoir la liste des travailleurs essentiels.

Le porte-parole Harry Godfrey a plutôt mis en avant le régime d'inspection et d'application de la loi de la province, notant que 61 lieux de travail ont été fermés par des inspecteurs depuis le début de la pandémie.

Nous avons été clairs sur le fait que les employeurs doivent garantir la santé et la sécurité de tous leurs travailleurs. Si cela ne peut être garanti, nous n'hésiterons pas à fermer [ces lieux de travail], a déclaré M. Godfrey dans un courriel.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !