•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de COVID-19 à la prison de Maplehurst à Milton

L'enseigne d'un immeuble.

Le complexe correctionnel Maplehurst de Milton, en Ontario, fait face à une éclosion de COVID-19. (archives)

Photo : Radio-Canada / Craig Chivers/CBC News

CBC News

Le complexe correctionnel de Maplehurst, à Milton, en Ontario, est sous confinement en raison d’une éclosion de COVID-19 qui s'est rapidement propagée et qui a infecté 89 détenus et membres du personnel.

Selon le ministère du Solliciteur général de l'Ontario, il y a 68 cas actifs parmi les détenus et 21 autres cas parmi le personnel, en date de vendredi soir.

Cela représente une augmentation de 20 cas en une seule journée, contre 69 cas jeudi.

Par excès de prudence, le complexe correctionnel de Maplehurst reste fermé pour faciliter la recherche des contacts et réduire la propagation de l'infection, mais les détenus peuvent accéder individuellement aux douches et aux téléphones, a déclaré Andrew Morrison, porte-parole du ministère, à CBC News.

Le ministère dit qu'il travaille avec l'unité sanitaire locale de la région de Halton pour tracer les contacts et effectuer des tests volontaires des détenus et du personnel, ainsi que pour déterminer si le confinement peut être levé ou s'il doit être prolongé.

Le ministère ne précise pas combien de temps le confinement devrait être en place. 

Le personnel est très inquiet

Les détenus qui reçoivent un diagnostic positif à la COVID-19 sont soumis à des précautions contre les gouttelettes et isolés du reste des détenus pendant qu'ils reçoivent des soins médicaux, explique le ministère.

Peter Figliola, président de l'OPSEU Local 234, le syndicat représentant les agents correctionnels de la prison de Milton, a déclaré à CBC News qu'il aimerait que toutes les nouvelles admissions et les comparutions devant le tribunal soient complètement stoppées jusqu'à ce que l'éclosion soit sous contrôle. 

Je suis sûr que tout le personnel de l'établissement éprouve une certaine crainte et beaucoup d'inquiétude. Ils entrent dans un [lieu de travail en éclosion] et le font avec les meilleures intentions pour assurer la sécurité de la communauté, a déclaré M. Figliola.

Le ministère affirme que la prison dispose de services vidéo sécurisés afin que les détenus puissent comparaître au tribunal pratiquement sans avoir à quitter l'établissement.

Le ministère continue à travailler avec l'unité de santé publique de la région de Halton et ses partenaires du secteur de la justice sur une base quotidienne pour s'assurer que les protocoles locaux de santé publique sont suivis afin de réduire le risque d'infection dans la communauté et dans l'établissement correctionnel, a déclaré M. Morrison. 

Les agents correctionnels continuent leur travail et le font en sachant le danger identifié qui les attend de l'autre côté du mur indique M. Figliola.

Nous avons toujours dit dès le premier jour qu'une fois que le virus serait entré dans un établissement provincial, il serait extrêmement difficile de le combattre et de le contrôler.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !