•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les délégués du Parti libéral appelés à revoir la place de la formation sur l’échiquier

Un arrière plan du Parti libéral avec un micro pour un point de presse.

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick tient son premier congrès biennal virtuel cette fin semaine.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Radio-Canada

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick compte redéfinir sa place sur l'échiquier politique. La formation espère y parvenir en consultant ses membres, alors que se tient son congrès biennal cette fin de semaine.

Plus de 1000 délégués participeront au congrès, qui se déroulera pour la première fois de façon virtuelle.

Je pense qu'il faut réellement revenir à la base et permettre au membership du parti, actuel et futur, d'avoir une réelle participation, a indiqué le chef intérimaire du parti, Roger Melanson.

Roger Melanson en entrevue par webcam.

Roger Melanson, chef de l'opposition au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada

Le chef par intérim espère profiter de cette occasion pour avoir des discussions constructives sur l'orientation du parti.

On sait que le parti actuel au pouvoir [le Parti progressiste-conservateur] est à l'extrême droite, on sait que le Parti [vert] de M. Coon est à l'extrême gauche, alors où le Parti libéral doit se situer là-dedans?

Reconquérir l'électorat anglophone

Aux dernières élections, le Parti libéral a perdu des sièges dans les régions plus anglophones du sud-est de la province. Le politologue Mario Lévesque estime que pour reconquérir cet électorat, le parti devra choisir un chef beaucoup plus au centre de l’échiquier politique.

Il faut que ce soit un libéral qui est très préoccupé par l'économie, mais aussi par les services sociaux.

Mario Lévesque, politologue.

Mario Lévesque, politologue.

Photo : Radio-Canada

Roger Melanson abonde dans le même sens.

C'est certain qu'il y a des enjeux à gauche qu'il faut prendre en considération, que ce soit la question environnementale et le réchauffement de la planète. Il y a toutes les questions d'éducation, de santé. Mais il y a aussi la responsabilité financière et la croissance économique.

Durant le congrès biennal, les membres choisiront un nouvel exécutif, qui aura, entre autres, à organiser le prochain congrès à la direction du parti.

D'après le reportage de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !