•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La modération se fait attendre dans Among Us

Une image promotionnelle du jeu vidéo « Among Us  ».

Le jeu « Among Us » connaît une popularité monstre depuis septembre 2020.

Photo : innersloth.com

Radio-Canada

Des millions de personnes, dont beaucoup sont mineures, se donnent rendez-vous quotidiennement dans le jeu vidéo multijoueur Among Us. Malgré cet afflux monstre sur la plateforme, les mesures de modération se font toujours attendre.

Bien que le jeu vidéo Among Us ait été créé en 2018, ce n’est que depuis le mois de septembre qu’il connaît une popularité monstre. Chaque heure, des dizaines de milliers de joueurs et joueuses, enfants comme adultes, s’adonnent à des parties en simultané seulement sur la plateforme de jeu en ligne Steam.

L’intrigue n’est pas sans rappeler celle du jeu de société Loups-garous : on doit trouver qui parmi les membres de l’équipage d’un vaisseau spatial commet des crimes à bord. Pour faire valoir leurs suspicions, les personnages échangent au moyen d'une messagerie intégrée à la plateforme.

Après avoir choisi un pseudonyme, une partie peut être lancée entre proches ou avec des personnes inconnues à l’aide d’une application mobile, par ordinateur ou sur une console Nintendo Switch.

La modération aurait bien meilleur goût

Si le jeu est amusant en soi, ce n’est pas toujours une partie de plaisir dans les discussions, spécialement lorsqu’on joue en mode public.

La plateforme est surtout montrée du doigt parce qu’elle ne contient actuellement ni mécanisme de signalement ni outil de blocage des utilisateurs et utilisatrices.

La congressiste américaine se filme en train de jouer au jeu vidéo « Among Us » sur la plateforme Twitch.

La congressiste Alexandria Ocasio-Cortez a joué au jeu vidéo « Among Us » sur Twitch mardi soir.

Photo : Capture d'écran de Twitch

Une personne peut écrire dans la boîte de discussion des mots en f ou en n sans que ces derniers soient censurés. Impossible toutefois d’utiliser ces mots comme pseudonyme.

Adultes et enfants peuvent également discuter entre eux dans cette boîte et même s’échanger des coordonnées ou des comptes d'autres réseaux sociaux.

La décision de bannir une personne d’une partie repose ultimement sur les épaules de l’hôte. Un autre moyen mis à la disposition des internautes pour signaler un problème est d’écrire un courriel à support@innersloth.com.

Créer des comptes, une partie de la solution

L’équipe du studio, qui ne compte que quatre personnes, a annoncé dans un billet de blogue publié en novembre 2020 qu’elle travaillait en priorité à améliorer la modération dans son jeu.

Jagmeet Singh devant sa caméra, entouré du jeu vidéo.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, après 1 h 30 à jouer au jeu vidéo « Among Us » avec l'élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez.

Photo : Radio-Canada

En plus de vouloir intégrer une fonction de signalement, Innersloth veut miser sur un système de comptes, ce qui lui permettrait de mieux reconnaître les personnes au comportement à problèmes, notamment en conservant un historique des abus.

En attendant, merci d'être gentils les uns envers les autres, peut-on lire dans le même billet de blogue.

Or, ces nouveautés se font toujours attendre. Mercredi, dans un autre billet de blogue, Innersloth a réitéré son intention de déployer son nouveau système bientôt.

Nous voulions le lancer plus tôt, mais nous sommes maintenant proches. Nous voulons nous assurer qu'il soit prêt avant de le mettre en œuvre.

Un porte-parole d’Innersloth

C'est un petit pas vers une expérience sûre et accueillante pour tous les joueurs et joueuses, ajoute le studio.

Embaucher du personnel supplémentaire pour accélérer la cadence n’est toutefois pas dans les plans d'Innersloth.

Une fois la mise à jour sur la modération lancée, l’équipe espère offrir sous peu d’autres nouveautés, dont un système d’amitié entre joueurs et joueuses et une nouvelle carte.

Avec les informations de OneZero

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !