•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sacristie de l'église Sainte-Cécile bientôt démolie

La sacristie de l'église Sainte-Cécile.

La sacristie de l'église Sainte-Cécile avait été laissée en place à la suite de la démolition du temple en 2019.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

La sacristie de l’ancienne église Sainte-Cécile sera bientôt démolie, deux ans après le démantèlement du temple religieux du secteur Kénogami, à Jonquière.

La Société québécoise des infrastructures (SQI) paiera autour de 400 000 $ pour démolir la sacristie, seule portion de l’église conservée en raison d’un litige opposant l’ancien propriétaire des lieux, André Reid, et Revenu Québec.

Après la signature d’un acte d’abandon par André Reid parce qu’il n’a jamais pu réaliser les projets qu’il caressait pour l’église acquise au début des années 2000, dont l'implantation d'une bibliothèque, en raison de différends avec l’ancienne administration municipale, l’immeuble en entier est devenu la responsabilité de Revenu Québec. L’église érigée en 1950, désacralisée à la fin des années 90, a été laissée vacante en 2013. Des infiltrations d’eau et la présence de moisissures ont rendu l’immeuble situé au coin Sainte-Famille et boulevard du Saguenay irrécupérable.

La SQI a octroyé un contrat aux Entreprises Géniam de Québec pour les travaux de démolition de la sacristie. La compagnie touchera 398 500 $ pour ce mandat. Quatre autres soumissions ont été présentées, toutes par des entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais le contrat conclu le 21 janvier a été accordé au plus bas soumissionnaire.

Église Saint-Joachim

Un sort semblable à celui de l’église Sainte-Cécile attend l’église Saint-Joachim de Chicoutimi, également laissée à l’abandon par son propriétaire il y a quelques années. L’immeuble, que Louis Moisan et son associé voulaient transformer en studio et en salle de spectacle, a été maintes fois vandalisé et présente dorénavant un danger pour les gens du secteur.

À la suite de la signature d’un acte d’abandon en décembre 2019, Revenu Québec n’a pas encore décidé si elle le contesterait, ou non. Le dossier piétine depuis plus d’un an, mais la ville de Saguenay, lasse de voir cette balafre entacher ce secteur de Chicoutimi, a réservé 600 000 $ au prochain plan triennal d’immobilisations pour démolir l’église.

L’église Saint-Joachim, autrefois reconnue pour son architecture audacieuse, a été construite dans les années 1940.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !