•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des doses du vaccin Moderna promises à des régions seraient restées à Toronto

Le portrait d'un homme

Le Dr David Lee, en entrevue en visioconférence, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des doses du vaccin de Moderna, qui avaient été promises à des régions à l’extérieur du Grand Toronto, ne s’y seraient jamais rendues. Ces doses auraient été réacheminées vers des régions de la province où il y a « plus d’incidences » de COVID-19.

C’est ce qu’a déclaré le Dr Colin Lee, médecin hygiéniste adjoint du bureau de santé publique de la région de Simcoe-Muskoka. Le Dr Lee a fait cette déclaration jeudi. La porte-parole du bureau de santé, Leslie Gordon, a confirmé les dires du Dr Lee vendredi.

Nous nous attendions à recevoir notre première livraison de vaccins de Moderna et nous planifions de nous en servir dans les foyers de soins de longue durée. C’était il y a quelques semaines. Cette [livraison du vaccin] a été réacheminée - si je comprends bien - par le gouvernement provincial dans des régions de la province où les besoins étaient plus criants. Si je comprends bien, ces vaccins ont été donnés à des gens dans des endroits comme Toronto, où il y a plus d’incidences du virus.

Le Dr Lee ajoute que d’autres régions de la province, à qui on avait promis des vaccins de Moderna, ne l’ont jamais reçu.

Le foyer de soins de longue durée Roberta Place, qui fait face à une éclosion majeure de COVID-19, est sur le territoire du bureau de santé géré par le Dr Lee. Jeudi, 122 de ses résidents avaient reçu un diagnostic positif à la maladie, 25 en étaient morts, 5 étaient hospitalisés et 74 membres du personnel étaient infectés.

La porte-parole du bureau de santé a apporté une précision importante, vendredi.

Le vaccin Moderna était attendu le 11 janvier. Nous ne savons pas combien de doses. Le réacheminement de la livraison initiale de Moderna le 11 janvier a coïncidé avec la nouvelle directive de la province selon laquelle nous pouvions déplacer le vaccin [de Pfizer-BioNTech]. Nous avons alors agi le plus rapidement possible pour immuniser [des résidents de foyers de soins de longue durée] en utilisant le vaccin de Pfizer dès que possible.

Le vaccin de Pfizer-BioNTech doit être conservé à des températures de -80 °C et ne peut donc pas être déplacé facilement d’un foyer à l’autre.

Mme Gordon a ajouté qu’elle doutait fortement que les doses du vaccin Moderna qui leur avait été promises auraient pu sauver des vies au foyer Roberta Place. Cela dit, s’il avait été possible de déplacer [le vaccin de] Pfizer [dès] la troisième semaine de décembre, nous serions allés directement aux foyers de soins de longue durée, y compris Roberta Place, et cela aurait fait une différence.

Le NPD exige plus de transparence

Dans un communiqué émis vendredi, l’opposition officielle provinciale a exigé plus de transparence du gouvernement.

La cheffe du Nouveau Parti démocratique (NPD), Andrea Horwath, y déclare que le gouvernement Ford a détourné une cargaison de vaccin Moderna qui aurait pu aider à prévenir l’éclosion mortelle à Roberta Place. Cela fait suite aux préoccupations similaires soulevées la semaine dernière par les responsables médicaux de Niagara au sujet d'un autre envoi détourné de Moderna.

J’exhorte Doug Ford à tenir ses promesses et à rendre le plan de vaccination de l’Ontario pleinement transparent. Les Ontariennes et Ontariens méritent de voir des informations en temps réel sur un tableau de bord accessible au public qui montre les données les plus récentes sur les inventaires de vaccins, les allocations actuelles par emplacement et les calendriers. Toute décision de réaffecter un vaccin doit être étayée par une justification médicale claire, explique Mme Horwath.

Nous réexaminons les allocations

Sans confirmer les dires du Dr Lee, la porte-parole du ministère de la Santé Alexandra Hilkene affirme que l'allocation des vaccins aux différentes régions faisait partie des préocuppations du ministère.

Au départ, les expéditions de vaccins ont été distribuées à santé publique Toronto, santé publique Peel, santé publique York et santé publique Windsor-Essex, dans le but de vacciner tous les résidents des foyers de soins de longue durée, le personnel et les soignants essentiels consentants et admissibles d'ici le 21 janvier. Ces régions ont été priorisées car à l'époque elles étaient les régions avec les taux de transmission de COVID-19 les plus élevés. Ils servaient également de preuve de concept pour tester la logistique de l'administration du vaccin Moderna. Les allocations prévues varient selon l'offre fournie par le gouvernement fédéral, explique Mme Hilkene dans un courriel envoyé vendredi.

Celle-ci souligne également que le général à la retraite Rick Hillier, qui dirige le groupe de travail provincial sur la distribution du vaccin, a déclaré plus tôt cette semaine que chaque jour, nous réexaminons les allocations pour voir ce que nous pouvons faire pour soutenir les régions les plus à risque.

Avec des informations de Marie-Hélène Ratel et de Camille Gris-Roy

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !