•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En 1988, l’Assemblée législative de l’Ontario était prise d’assaut

Une foule en colère monte les marches de Queen's Park.

Des centaines de travailleurs venus protester contre la réforme proposée au régime d'indemnisation ont envahi l'Assemblée législative de l'Ontario en 1988.

Photo : Archives de Radio-Canada

Radio-Canada

Une foule en furie qui défonce les portes du parlement sous les yeux de policiers trop peu nombreux. Des politiciens éberlués qui se barricadent en vitesse en pleine période de questions. L'assaut de Queen’s Park, en octobre 1988, avait choqué et surpris la classe politique ontarienne.

L'invasion n’avait heureusement pas fait de blessés graves, grâce à l’intervention d’un jeune politicien qui allait, deux ans plus tard, créer la surprise et devenir premier ministre de l’Ontario.

La correspondante de Radio-Canada à Queen’s Park en poste cette journée-là, Dorothée Giroux, se rappelle que Bob Rae, qui était chef de l'opposition officielle à l'époque, avait habilement réussi à calmer les travailleurs accidentés, venus protester contre la réforme proposée au régime d'indemnisation.

On voyait que c'était des gens qui étaient quand même vulnérables. Il y avait des personnes plutôt âgées, des personnes blessées, explique Mme Giroux. Rien à voir, dit-elle, avec les émeutiers armés et dangereux qui allaient envahir le Capitole de Washington, 32 ans plus tard.

Les travailleurs ont d'abord manifesté pacifiquement à l'extérieur de Queen's Park. Dans la foule, une fausse rumeur s'est répandue comme une trainée de poudre: le ministre du Travail, Greg Sorbara, allait réduire ou même supprimer leurs prestations. Ces gens-là avaient peur. Il y avait de la désinformation, déjà en 1988!

La foule de plusieurs centaines de personnes a fracassé les portes d'entrées et failli pénétrer au coeur du parlement, où les députés ontariens étaient en pleine période de questions. Des policiers ont pu verrouiller les grandes portes à temps, et à l'intérieur de la chambre, des chaises ont été appuyées en guise de barricade.

Dorothée Giroux fait un stand up.

Dorothée Giroux a été la correspondante de Radio-Canada à Queen’s Park à la fin des années 1980.

Photo : Radio-Canada / Archives de Radio-Canada

Je ne les ai pas vu fracasser les portes d'entrées, mais je les ai vu montrer l'escalier, très en colère. Ils criaient. C'était assez surprenant.

La correspondante de Radio-Canada à Queen’s Park à l’époque, Dorothée Giroux

De sérieuses bousculades avec les forces de l'ordre ont suivi. Selon un article du Toronto Star du 20 octobre 1989, une manifestante a reçu un coup de poing au visage d'un policier. Rapidement toutefois, Bob Rae s'est frayé un chemin dans la foule en colère.

Pacificamente! s'est éclamé le chef néodémocrate aux travailleurs, qui comptaient plusieurs immigrants italiens dans leurs rangs. Je ne veux pas de blessés, nous avons déjà des accidentés du travail dans la foule! Les cris ont cessé et la foule a quitté Queen's Park docilement.

Bob Rae en mêlée de presse à Queen's Park en 1988.

Bob Rae avait réussi à calmer la foule de travailleurs en colère.

Photo : Archives de Radio-Canada

Ça aurait pu se passer différemment. Bob Rae a vraiment été la personne qui a fait en sorte que ça ne dégénère pas, que ça n'aille pas plus loin. Si Greg Sorbara, le ministre du Travail de l'époque, était sorti de la législature pour leur parler, je ne suis pas certaine que ça aurait donné les mêmes résultats. C'est la personne contre qui ils auraient pu s'en prendre. Je sais qu'il a remercié Bob Rae après, d'avoir su calmer la foule.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !