•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 2000 $ d'amende pour deux Vancouvérois qui se sont fait vacciner au Yukon

Une table et des chaises vides dans un gymnase.

Le 18 janvier, les autorités sanitaires du Yukon ont lancé les campagnes de vaccination dans les collectivités rurales. Ici, une répétition à Whitehorse pour le personnel responsable des cliniques mobiles.

Photo : Radio-Canada / Jackie Hong

Radio-Canada

Deux Vancouvérois ont parcouru plus de 3000 km jusqu'au village de Beaver Creek, à la frontière yukonnaise avec l'Alaska et se sont rendus dans une clinique mobile jeudi pour se faire vacciner contre la COVID-19.

Vendredi, le ministre des Services aux collectivités, John Streicker, a exprimé sa grande frustration et sa colère face à la nouvelle.

Je suis très mécontent envers ces personnes. Ce qu'elles ont fait est de mettre notre communauté et notre équipe d’isolement à risque.

John Streicker, ministre des Services aux collectivités

Les responsables de la clinique mobile ont avisé les officiers responsables de faire respecter la Loi sur les mesures civiles d’urgence une fois les individus, un homme et une femme, vaccinés.

Carte géographique montrant le village.

Le village de Beaver Creek est situé à la frontière du Yukon et de l'Alaska le long de la route de l'Alaska.

Photo : Radio-Canada

John Streicker explique que certains Yukonnais sont munis de cartes d’assurance maladie d'autres provinces, si bien que le personnel ne pouvait pas leur refuser le vaccin.

Des officiers yukonnais ont intercepté le couple à son arrivée à l’aéroport de Whitehorse pour son voyage de retour. Ils lui ont remis quatre accusations en tout, la première pour ne pas avoir respecté les déclarations faites à son arrivée, et la deuxième, pour ne pas avoir respecté l’auto-isolement.

Les copies des contraventions font état des amendes de 575 $ pour chaque accusation. Le ministre affirme que la Gendarmerie royale du Canada a par ailleurs été avisée.

Le problème, c’est que, si quelqu’un pense pouvoir venir [au Yukon] pour obtenir un vaccin, c’est préoccupant. Et si c’est fait en mettant la population à risque, c’est très préoccupant. Il y aura beaucoup de discussions à venir.

John Streicker, ministre des Services aux collectivités

Les cliniques de vaccination dans les communautés rurales ont été lancées lundi et sont ouvertes à tous.

À Whitehorse, par contre, la priorité est actuellement donnée aux résidents et au personnel des centres de soins de longue durée, au personnel de première ligne et aux aînés.

Le ministre affirme qu’une copie de cartes de santé de chaque province et territoire sera remise aux responsables des cliniques de vaccination pour leur permettre d'en déterminer la légitimité, advenant qu’elles leur soient présentées.

Avec les informations de Jackie Hong

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !