•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maires du Témiscouata veulent un barrage routier à la sortie du Nouveau-Brunswick

File d'attente d'automobilistes au point de contrôle entre le Madawaska et le Témiscouata.

Un barrage est érigé pour contrôler les entrées au Nouveau-Brunswick, mais pas les sorties (archives).

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

Radio-Canada

Les 19 maires de la MRC de Témiscouata demandent au gouvernement provincial d'installer un barrage à la frontière du Québec et du Nouveau-Brunswick pour protéger la MRC des éclosions de COVID-19 qui ont éclaté dans la région d’Edmunston.

Une lettre à ce sujet, approuvée à l’unanimité par le conseil des maires, a été envoyée à Québec jeudi.

La préfète de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois, rappelle qu’un barrage routier est en place à l’entrée du Nouveau-Brunswick pour contrôler les allées et venues des Québécois en sol néo-brunswickois.

J'ai des résidents qui me disent : "on ne se protège même pas du Nouveau-Brunswick, alors qu'elles [les autorités du Nouveau-Brunswick], ont mis ce barrage-là depuis longtemps." Pourquoi nous, du côté du Québec, on ne fait pas la même chose?

Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata

Cette résolution s’inscrit dans le désir des élus municipaux d’encadrer l’ensemble des entrées au Bas-Saint-Laurent à l’aide de barrages routiers, indique la préfète.

La résolution prise lundi disait que toutes les entrées, au Québec, qui mènent au Bas-Saint-Laurent, aient un barrage [...] Permettons aux entreprises de fonctionner, faisons en sorte qu’il y ait des activités sportives, mais que les entrées soient surveillées par la Sûreté du Québec, rapporte-t-elle.

La préfète de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois

La préfète de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois (archives)

Photo : Courtoisie MRC de Témiscouata

De son côté, la santé publique du Nouveau-Brunswick a recommandé le confinement complet de la zone 4, qui comprend le Haut-Madawaska, pour au moins 14 jours à partir de minuit, samedi soir.

Cette zone compte 129 cas actifs de COVID-19 vendredi.

Cette mesure décourage entre autres les déplacements dans la zone 4, a rappelé la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dr Jennifer Russell.

Avec les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !