•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propriétaires de restaurants et de salles de sport déçus de ne pas rouvrir

Tom Hoang est dans son restaurant et parle debout avec son manteau devant un micro. Il fait face à une grande peinture de pan au mur. Toutes les chaises sont rangées à l’envers sur les tables.

Le propriétaire du restaurant Pho Hoang, Tom Hoang, affirme que son restaurant a perdu la moitié de ses ventes par rapport à l’an dernier, mais pense que suivre les règles du gouvernement est la meilleure solution.

Photo : CBC / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Le mécontentement se fait sentir chez certains gestionnaires ou propriétaires de restaurants et de centres de conditionnement, des secteurs de l’économie qui doivent demeurer fermés au Manitoba.

Les magasins non essentiels, les barbiers, les salons de coiffure et les centres de santé non régulés vont rouvrir à partir de samedi. Ils doivent tous limiter leur capacité d’accueil à 25 % et le nombre maximal de personnes est de 250.

Les nouvelles règles sanitaires seront en place au moins durant trois semaines, soit jusqu’au 12 février.

La directrice des opérations de WOW! Hospitality, qui gère plusieurs restaurants à Winnipeg, Michelle Field est frustrée.

Je suis dans un salon de coiffure. Je suis là durant trois heures. Quand je suis au restaurant, l’interaction que j’ai avec le serveur dure, probablement, en tout 10 minutes en tout , déplore Michelle Field.

Les restaurants doivent vendre de la nourriture par l’entremise d’un service de livraison, car les salles à manger doivent rester fermées. Le prêt à emporter est aussi une option.

WOW! Hospitality enregistre une baisse de 95 à 98 % des ventes de ses restaurants encore ouverts, selon Michelle Field.

Le propriétaire du restaurant Pho Hoang, Tom Hoang, affirme pour sa part avoir perdu la moitié de ses ventes.

Nous ne faisons pas d’argent. Nous restons ouverts et nous attendons la fin de la pandémie.

Tom Hoang, propriétaire du restaurant Pho Hoang

Salles de sport

Le propriétaire d’un centre sportif et fondateur de Manitoba Coalition of Fitness, Dino Camire aimerait être inclus dans les discussions du gouvernement provincial.

Bien sûr que nous sommes fâchés. Mais nous voulons faire partie de la solution, affirme Dino Camire.

Si nous avions ce dialogue [et] cette communication [avec la province], nous serions à jour de ce qui se passe. Peut-être que nous serions un plus en confiance pour la suite des choses.

Dino Camire, propriétaire d’un centre de sport et fondateur de Manitoba Coalition of Fitness

Le directeur adjoint du Sportex, de l'Université de Saint-Boniface, Roger Régnier, pense qu’il vaut mieux être prudent. Même si la salle de conditionnement pouvait rouvrir avec une capacité d'accueil restreinte, cela ne serait pas viable, selon lui.

On veut rouvrir, mais si on ouvre et qu'on voit que les conditions se rendent pires, il faut refermer encore, et ça va être la fin de beaucoup d’entreprises, je crois, estime Roger Régnier.

Plusieurs acteurs du secteur de la restauration et du conditionnement physique demandent au gouvernement du Manitoba de fournir plus d’information, soit des données, au moment d’effectuer des changements dans les restrictions.

Selon les informations de Nicholas Frew et Camille Kasisi-Monet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !