•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Club Habs perd son président

Régis Bourque, grand partisan du Canadien, s'éteint à 64 ans.

Homme chauve souriant.

Régis Bourque était un grand partisan du Canadien.

Photo : Famille Bourque/LeBlanc

François Le Blanc

Le Club Habs est en deuil. Régis Bourque est mort, jeudi soir, des suites d'un cancer. Il avait 64 ans. Il était le « président à vie » de ce groupe de partisans du Canadien de Montréal établi à Notre-Dame de Kent depuis 1993.

M. Bourque était malade depuis 2018.

Il va nous manquer, lance Stéphan Richard, qui le côtoyait depuis 1999. Régis avait un grand amour pour les Canadiens. Il aussi aimait la compagnie des autres du groupe, pour avoir du plaisir. C'était contagieux.

Facteur de profession, on le surnommait banane. Habile de ses mains, il créait toute sorte d'objets aux couleurs de son équipe favorite.

Homme avec gilet et casque de construction aux couleurs des Canadiens de Montréal. Il y a des horloges faites avec des lames de scies à chaînes.

Régis Bourque, devant quelques-unes de ses réalisations.

Photo : Radio-Canada / Patrick Buswell

Ses amis appréciaient sa gentillesse et sa passion. C'était un gars qui était là pour tout le monde, peu importe la situation, se souvient M. Richard. Il aurait aimé voir les Canadiens gagner une 25e coupe Stanley.

Originaire de Notre-Dame, mais résident de Memramcook, M. Bourque était un des membres fondateurs du Club Habs qui a vu le jour lors des séries éliminatoires de 1993. Les membres se réunissaient pour regarder à la télévision tous les soirs de match des Canadiens dans le sous-sol de Maurice Cormier, à Notre-Dame. Montréal a remporté sa dernière coupe Stanley en juin 1993.

Photo de groupe des joueurs de hockey avec le trophée

Les joueurs des Canadiens de Montréal posent pour un photographe avec la coupe Stanley, après leur victoire de 4 à 1 face aux Kings de Los Angeles à Montréal le 9 juin 1993.

Photo : La Presse canadienne / FRANK GUNN

Le Club Habs n'a pas tenu de rencontres depuis le mois de mars, l'an passé, en raison de la pandémie. Son fils, Jean LeBlanc, dit que Régis a trouvé cela difficile. C'était quelqu'un qui était dédié à son équipe.

M. Bourque regardait encore les parties du Tricolore. Il était content des derniers matchs, mentionne son fils. Je lui ai dit que [Brendan] Gallagher avait fait un but pour lui, mardi. L'équipe du Canadien connaît tout un début de saison.

Un but d'autant plus émouvant, car Gallagher était l'un de ses joueurs préférés. M. Bourque l'avait d'ailleurs rencontré l'an dernier après une visite au Centre Bell à Montréal.

En grandissant dans une région francophone, explique Stéphan Richard, on prend ça à cœur les Canadiens!

Homme avec moustache et casquettes des Canadiens.

Régis Bourque était le président du Club Habs. Ici, en 2000, il raconte que, malgré les difficultés du Tricolore, il allait aimer l'équipe pendant toute sa vie.

Photo : Radio-Canada

Même dans les temps les plus difficiles, Régis Bourque gardait la foi. Ça fait depuis l'âge de 13 ans que je suis derrière les Canadiens de Montréal. Et je crois que je serai toujours pour eux, disait-il au micro de Monique Ferron, à Radio-Canada Acadie, en 2000. À cette époque, le Tricolore connaissait des moments creux.

Ça vous surprendra peut-être, mais Régis Bourque était d'abord un partisan… des Maple Leafs! Comment a-t-il été converti à la Sainte-Flanelle dans son enfance? Jean LeBlanc a entendu une anecdote à ce sujet.

Mon père serait tombé et se serait cogné la tête. En se réveillant, il serait devenu fan des Canadiens, raconte Jean LeBlanc. Comme quoi on peut aimer sur un coup de tête!

Une petite cérémonie aura lieu plus tard pour lui rendre hommage au club. En raison de la pandémie, ses funérailles se dérouleront plus tard.

Régis laisse dans le deuil, entre autres, son épouse Maria, son fils Jean et ses trois petits-enfants: Miguel, Janelle et Monika.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !