•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’APTS choquée des conditions d’embauche des psychologues du privé

Un manifestant avec un drapeau de l'APTS.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux réclame de meilleures conditions pour les psychologues au public. (archives)

Photo : Radio-Canada

Désiré Kafunda

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de l’Abitibi-Témiscamingue dénonce ce qu’elle appelle « un coup de couteau dans le dos » pour les psychologues du réseau public.

À la suite d’une série de mesures du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, l’État prévoit d’embaucher des psychologues du privé pour aider à réduire les listes d’attente dans le réseau public. Or, les conditions salariales offertes aux psychologues du privé sont largement meilleures que celles offertes aux psychologues du réseau public.

La représentante nationale de l'APTS, Claudie Beaudoin, estime qu’en agissant ainsi l’État ne valorise pas les psychologues du réseau public. C’est certain qu’on dénonce ça, surtout qu’on est en négociation présentement avec le gouvernement. Puis une de nos demandes est justement d’améliorer les conditions des psychologues. Et pour le moment, le Conseil du Trésor est complètement fermé à ça. Et parallèlement, il fait des annonces de ce genre-là qui donnent de meilleures conditions à des gens du secteur privé, s’indigne-t-elle.

Les listes d’attente

Le gouvernement fait appel aux psychologues du privé en raison des listes d’attente dans le réseau public. Ces listes sont un véritable casse-tête et s’étendent sur plusieurs mois.

Le ministre délégué avait annoncé vouloir couper de façon très significative, si ce n’est pas éliminer la liste d’attente.

Interrogée sur les listes d'attente, Mme Beaudoin reconnaît que la situation est difficile. Pour rencontrer un psychologue, ça prend plus d’un an. J’avais des exemples, entre autres, pour le secteur de Rouyn-Noranda, mais probablement que c’est pas mal similaire partout, souligne-t-elle.

Du côté de l’APTS, on dit constater une migration de la pratique publique vers le privé. Nous, ce qu’on constate, c’est que les psychologues, il y en a vraiment beaucoup qui font de la pratique privée parallèlement à leur pratique dans le réseau, souligne Mme Beaudoin. Elle déclare qu’au final, beaucoup d’entre eux décident de complètement quitter le réseau public pour s’en aller de façon permanente vers le privé. Cela dégarnit le réseau.

Pour la représentante nationale APTS , ce qu’il faut, au contraire, c’est donner de bonnes conditions de travail dans le réseau pour attirer les psychologues du privé à venir travailler dans le réseau et à quitter le système privé.

Les psychologues du privé qui viendront prêter main-forte à l’État pourront toucher jusqu’au double du salaire de leurs homologues du secteur public.

C’est après les attaques du Vieux-Québec que le gouvernement Legault avait annoncé une nouvelle enveloppe de 100 millions de dollars dédiés aux services en santé mentale. Le tiers de cette enveloppe est dédié au secteur privé, pour accroître l'accès aux psychologues, tel que le propose le ministre Carmant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !