•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétude et tristesse pour les résidents du Manoir Belle Vue

Les édifices du complexe.

La santé publique du Nouveau-Brunswick a déclaré une éclosion dans le foyer de soins spéciaux Manoir Belle Vue, à Edmundston, cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

L’éclosion de COVID-19 dans le Manoir Belle Vue à Edmundston, au nord-ouest du Nouveau-Brunswick, plonge des résidents et leurs proches dans l’inquiétude.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Les résidents de ce foyer de soins spéciaux ont commencé à subir des tests de dépistage mardi, a indiqué la santé publique, juste avant de déclarer une éclosion le jour suivant. Une équipe de gestion des éclosions a été dépêchée sur les lieux pour appuyer les résidents et le personnel soignant de l'établissement.

L'ancien maire d'Edmundston déclaré positif

L'ancien maire d'Edmundston Gérald Allain, qui réside au Manoir Belle Vue âgé de 82 ans, a reçu un résultat positif au test de dépistage de la maladie. Il est isolé dans sa chambre, où on lui apporte ses repas. Il se porte bien pour le moment, mais il est inquiet.

Gérald Allain, par webcam, le 22 janvier 2021.

Gérald Allain était maire de la ville d'Edmundston au début des années 2000.

Photo : Radio-Canada

Là, à matin [vendredi], je ne ressens pas de symptômes, rien, là. Je vais me reposer et boire de l’eau. C’est tout ce que je peux faire. Ça m’inquiète. J’aurais voulu avoir le vaccin, mais on ne l’a pas eu à temps ici, affirme M. Allain.

Gérald Allain, à l'époque où il était maire d'Edmundston, en 2004.

Gérald Allain, à l'époque où il était maire d'Edmundston, en 2004.

Photo : Archives de la ville d'Edmonton

La douleur de l'isolement

La sœur et la mère de Joanne Bérubé Gagné sont des résidentes du Manoir Belle Vue. Elle n'avait toujours pas eu de nouvelles de leur test respectif de dépistage au moment de nous accorder une entrevue. Entre-temps, la famille espère qu’elles vont s’en tirer.

Ça nous rend tristes de voir qu’on ne peut pas les toucher, qu’on ne peut pas les voir, qu’on ne peut pas les rassurer, même ne serait-ce qu’à travers la fenêtre, à ce moment-ci, relate Joanne Bérubé-Gagné, qui est d'ailleurs directrice de l'Office du tourisme Edmundston Madawaska.

Une femme debout à l'extérieur devant la porte d'un établissement commercial.

Joanne Bérubé-Gagné, directrice générale de l'Office du tourisme Edmundston Madawaska, le 15 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Bien qu'elle comprenne la situation, elle trouve difficile de constater la douleur de ses proches sans pouvoir rien n'y faire.

Chaque jour apporte son lot de stress. On espère et on prie pour que ces gens-là ne finissent pas leur vie de cette façon, dit-elle.

Avec des renseignements de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !