•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse salariale du maire : Beauceville sous la loupe des Affaires municipales

François Veilleux en manteau d'hiver, dehors devant une rivière.

Le maire de Beauceville, François Veilleux

Photo : Radio-Canada

Le ministère des Affaires municipales se penche sur le cas du maire de Beauceville, François Veilleux, qui a encaissé une prime salariale de 25 000 $.

Le Commissaire à l'intégrité municipale et aux enquêtes vérifie présentement la situation, précise la ministre Andrée Laforest.

C'est sûr que lorsqu'on a plusieurs questions des citoyens, c'est important qu'on se penche sur la situation. Mon Ministère fait son travail et la suite se fera avec le commissaire à l'intégrité, affirme-t-elle, ajoutant que c'est justement le commissaire qui déterminera la marche à suivre.

En 2019, après les inondations, la rémunération du maire est passée de 36 195 $ à 75 000 $. Puis ces derniers mois, François Veilleux a encaissé une prime salariale de 25 000 $.

Le Ministère va donc analyser ce qui se passe à Beauceville, parce que oui, c'est quand même préoccupant 200 % d'augmentation de salaire, soulève la ministre.

Je veux rassurer tout le monde. Le ministère des Affaires municipales se penche sur la situation, l'augmentation de salaire assez préoccupante.

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales
Gros plan de la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, assise durant une conférence de presse.

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Une prime de 25 000 $

Le conseil municipal de la municipalité s’est prononcé lundi soir en faveur de l’augmentation de 75 000 $ à 100 000 $ du salaire global du maire. Ce bonus non récurrent vise à compenser une surcharge de travail en 2020.

Toutefois, M. Veilleux avait déjà encaissé sa prime salariale avant qu’elle ne soit approuvée par les élus. Ce n’est que lorsque le nouveau directeur général est arrivé en poste qu’il a jugé que la Ville se devait de régulariser la situation.

Devant des citoyens qui se sont prononcés contre la hausse, le maire justifiait cette surcharge de travail en raison de trois congés de maladie ou départ au sein de sa direction.

François Veilleux, maire de Beauceville, lors d'une séance du conseil municipal le 12 août 2019.

François Veilleux, maire de Beauceville

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Précisons qu’un élu ne peut légalement pas remplir de fonctions administratives ni percevoir de prestations salariales reliées aux fonctions de direction.

Il y a un questionnement au niveau de la gestion de la municipalité, parce qu'on parle du directeur général et du maire, explique la ministre Andrée Laforest.

Des experts consultés par Radio-Canada avaient d'ailleurs mis en doute la légalité et l'éthique de ces augmentations salariales.

La ministre planche présentement sur l’encadrement des salaires des élus municipaux. J'ai rencontré le maire. C'est un maire qui travaille fort, mais il y a aussi la question que j'ai déposé le projet de loi 49 pour l'éthique et la déontologie municipale. C'est important que le comportement des maires soit irréprochable, souligne-t-elle.

Montrer l'exemple

Le conseiller municipal Sylvain Bolduc est le seul à s'être opposé au règlement. Il fait savoir que de nombreux citoyens ont travaillé plus en 2020, mais sans avoir de revenus supplémentaires.

Les citoyens nous ont fait part que le salaire du maire est rendu à 100 000 $. C'est un salaire vraiment élevé pour une municipalité de 6500 habitants, affirme-t-il.

Il explique notamment que les allocations de dépenses normalement allouées aux soupers-bénéfice ou aux déjeuners n'ont pas été octroyées en 2020. Les élus ont donc eu droit à des revenus non imposables.

La pandémie amène son lot de difficultés pour beaucoup de citoyens de Beauceville qui n'ont pas la chance d'avoir un revenu [supplémentaire] même s'ils travaillent plus.

Sylvain Bolduc, conseiller municipal

Selon lui, le maire François Veilleux aurait dû montrer l'exemple. C'est peut-être notre faute aussi, les conseillers, mais ça aurait pu être transformé en félicitations au lieu d'être transformé monétairement, ajoute-t-il.

Avec les informations de Louise Boisvert et de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !