•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Loche poursuit sa guérison 5 ans après la fusillade dans l'école communautaire

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Deux personnes se font un câlin près des fleurs, en 2016, quelques jours après la tragédie.

La Loche aimerait construire un site commémoratif, mais dit ne pas avoir l'argent nécessaire actuellement. (archives)

Photo : La Presse canadienne / JASON FRANSON

Le vendredi 22 janvier 2016, la communauté de La Loche a été frappée par une tragédie. Une fusillade dans le pavillon secondaire Dene de l’école communautaire locale a coûté la vie à quatre personnes et fait sept blessés. Cinq ans plus tard, cette communauté rurale située dans le nord de la Saskatchewan poursuit sa guérison du mieux qu'elle peut.

La mairesse Georgina Jolibois avoue que le fait de marquer cet anniversaire est synonyme d’angoisse pour un grand nombre des 2800 habitants de la communauté.

C’est toujours un moment difficile. Peut-être que cela sera différent dans les années à venir. Mais c’est une journée difficile, une semaine difficile et un mois difficile.

Georgina Jolibois, mairesse de La Loche

Pour apaiser les douleurs et les mauvais souvenirs qui ont refait surface, le conseil de dirigeants locaux a décidé d’organiser quelques activités afin de commémorer la tragédie.

Montage montrant quatre photos des quatre victimes de la tragédie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les quatre personnes qui ont perdu la vie. En haut : la monitrice Marie Janvier et le professeur Adam Wood. En bas : les frères Dayne et Drayden Fontaine, respectivement âgés de 17 et 13 ans.

Photo : CBC et tirées de Facebook

Dans le but de respecter les mesures sanitaires et la distanciation physique en raison de la pandémie de COVID-19, une messe virtuelle sera célébrée dans l'après-midi.

Les dirigeants locaux ont également préparé près de 500 repas qui seront distribués aux habitants par l’entremise d’un service au volant. Ensuite, trois artistes locaux vont boucler la soirée en chantant du gospel pendant trois heures. Ces performances pourront être entendues sur les ondes de la radio locale et vues en ligne.

Nous savons que la guérison est importante, que la famille est importante et qu’il est important de se réunir, estime Georgina Jolibois, qui a été réélue en novembre dernier après avoir représenté les habitants de La Loche de 2003 à 2015. Elle a aussi effectué un mandat en politique fédérale sous les couleurs du Nouveau Parti démocratique.

Une vidéo commémorative

Des élèves de l’école communautaire ont aidé à réaliser une vidéo commémorative de 35 minutes dans laquelle on rend rapidement hommage aux quatre personnes qui ont perdu la vie et aux sept blessés.

À tour de rôle, beaucoup de dignitaires ont offert des messages remplis d’espoir, dont le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui a souligné ce moment de violence insensée et cette tragédie que personne ne devrait jamais vivre.

Même de loin, je suis avec vous, et je pleure avec vous, a déclaré Justin Trudeau, qui s’était rendu sur place en 2016. Il a aussi promis d’offrir une aide financière à la communauté.

Justin Trudeau et Dwane Casey posent avec des jeunes de La Loche.

En 2017, Justin Trudeau et Dwane Casey, alors entraîneur des Raptors, avaient accueilli des jeunes de La Loche à Toronto pour une partie de basketball. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Vendredi matin, le premier ministre canadien a tenu à s’adresser aux habitants de La Loche, leur assurant qu'ils ne seront jamais oubliés et que son gouvernement sera toujours là pour éviter que de telles tragédies ne se reproduisent sur le territoire canadien. 

Le cœur de tous les Canadiens a été brisé il y a cinq ans, et depuis, nous continuons de guérir ensemble. J'ai personnellement rencontré les membres de la communauté de La Loche et j'ai pu voir leur résilience, leur force et leur courage incroyables.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Il a également pris soin de transmettre ses condoléances à toutes les personnes touchées de près ou de loin par cette tragédie avant de saluer le travail des premiers répondants, des communautés autochtones et des intervenants de première ligne dont le courage a permis de sauver des vies [...] et d’éviter une plus grande tragédie.

Scott Moe serre la main de Justin Trudeau.

Le temps d'une journée à La Loche en janvier 2019, Scott Moe et Justin Trudeau ont mis leurs relations tendues en veilleuse pour s'adresser à la communauté. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Kayle Neis

Son homologue de la Saskatchewan, Scott Moe, a lui aussi souligné le cinquième anniversaire de cette terrible tragédie. Par le biais d’une vidéo publiée sur son compte Twitter, le premier ministre saskatchewanais a parlé d’une journée de commémoration et d’une journée de réflexion sur la guérison qui a eu lieu au cours des cinq dernières années et la guérison qui se poursuivra.

Il y a encore une longue route à parcourir. Ce que nous avons perdu il y a cinq ans ne pourra jamais être récupéré. Je veux que membres de la famille et les collègues des victimes sachent que nous ne les oublierons jamais.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

La thérapie en temps de pandémie

Dans les jours qui ont suivi la fusillade, il a beaucoup été question du manque de services et de programmes en santé mentale à La Loche. La situation est sensiblement la même aujourd’hui, cette fois en raison de la pandémie de COVID-19 qui a causé l’interruption de nombreux services offerts.

Georgina Jolibois mentionne que toutes les consultations psychologiques sont désormais offertes uniquement de façon virtuelle. Or, certains habitants n’ont pas accès à Internet, ce qui les empêche d’entreprendre ou de poursuivre leur thérapie.

Nous avons besoin de plus de ressources. À cause de la COVID-19, les services sont très sollicités et il a été assez difficile pour les gens d’accéder aux services de santé mentale et de toxicomanie.

Georgina Jolibois, mairesse de La Loche

Selon elle, les gouvernements provincial et fédéral doivent être ouverts aux nouvelles solutions qui leur ont été proposées ou que les communautés leur proposent lorsqu'elles demandent un financement.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Georgina Jolibois se réjouit que des jeunes à risque de La Loche et de la Nation dénée de Clearwater River participent à un programme, financé par Ottawa, intitulé Project Venture. Cependant, la subvention fédérale devrait s’épuiser dans deux ans, ce qui l'inquiète.

Avec les informations de Grégory Wilson et de Mickey Djuric

Deux policiers de la GRC devant La Loche Community School quelques jours après la tragédie de décembre 2016.

La fusillade de La Loche Community School a eu lieu le 22 janvier 2016. Un adolescent de 17 ans avait alors assassiné quatre personnes.

Photo : The Canadian Press / JONATHAN HAYWARD

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !