•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

L’équipe nationale de hockey féminin du Canada : une formation en or

Joueuses de hockey qui sautent sur la glace après leur victoire.

L'équipe nationale de hockey féminin du Canada a remporté quatre médailles d'or aux Jeux olympiques d'hiver (2002, 2006, 2010 et 2014).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 24 janvier marque la Journée mondiale du sport féminin. Pour l’occasion, nous revisitons en archives quelques moments qui ont mené à la création de l’équipe nationale de hockey féminin du Canada.

Le rêve d’une équipe nationale féminine

« On joue au hockey parce qu’on aime ce sport avant tout et non pas parce qu’on veut imiter les hommes. »

— Une citation de  France Saint-Louis, hockeyeuse

À L’univers des sports du 28 mars 1987, le journaliste Daniel Poirier assiste au Championnat canadien de hockey féminin qui se tient cette année-là à Riverview, au Nouveau-Brunswick.

L’univers des sports, 28 mars 1987

Même si le championnat en est alors à sa sixième année d’existence, les préjugés envers la pratique du hockey chez les femmes sont encore bien présents.

Le journaliste indique que le hockey féminin fait face à une progression difficile presque partout au pays. Seul l’Ontario y échappe. À cette époque, c'est la seule province à avoir créé une association de hockey féminin et son nombre de joueuses augmente de 10 à 15 % par an.

En 1987, on trouve 4300 hockeyeuses en Ontario, contre seulement 500 au Québec.

L’univers des sports, 2 mai 1987

C’est ce que constate également Ginette Boucher, responsable d’une ligue de hockey féminin organisée qui compte 22 équipes québécoises.

« En Ontario, on commence à 3 ans, et chez nous, on a des filles qui lancent leur carrière à 24 ans. »

— Une citation de  Ginette Boucher

En entrevue avec Marie-José Turcotte à L’univers des sports le 2 mai 1987, Ginette Boucher rêve déjà d’une équipe nationale. Elle évoque les noms de joueuses québécoises de niveau A qui deviendront des pionnières de l’équipe : France Saint-Louis, France Montour et Danielle Goyette.

Les premiers tournois et championnats mondiaux

L’équipe des Hamilton Golden Hawks, victorieuse au championnat canadien de 1987, a représenté le Canada lors du premier tournoi mondial tenu à Mississauga et à North York, en Ontario. Elle a remporté les honneurs en finale face à l’équipe hôte.

Les équipes participantes à ce tournoi, qui a eu lieu du 21 au 26 avril 1987, étaient celles des États-Unis, du Canada (Hamilton Golden Hawks), des Pays-Bas, de la Suisse, du Japon, de la Suède et l’équipe ontarienne hôte (Mississauga Warriors).

Cette compétition non officielle marquera les débuts du déploiement international du hockey féminin.

« Pour la première fois de son histoire "macho", la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) a daigné donner son accréditation à un championnat mondial féminin. Huit équipes sont à Ottawa pour ce tournoi : cinq européennes, deux nord-américaines et une asiatique. »

— Une citation de  Marie-José Turcotte

C’est en ces mots que la journaliste Marie-José Turcotte commence son reportage portant sur le tout premier Championnat mondial de hockey féminin de l’IIHF.

L’univers de sports, 24 mars 1990

Du 19 au 25 mars 1990, les Canadiennes dominent la compétition. Vêtues de leur uniforme rose fuchsia et blanc, elles marquent 50 buts au cours de leurs trois premières rencontres.

« C’est assez hallucinant de voir de jeunes filles s’agglutiner autour des portes pour demander des autographes aux joueuses. […] On voit que pour beaucoup de ces jeunes filles, c’est comme un rêve qu’elles voudraient réaliser. »

— Une citation de  Lucie Valois, entraîneuse adjointe

L’équipe nationale du Canada remportera 8 championnats mondiaux d’affilée, pour un total de 10.

Enfin les Olympiques

Le hockey était présent aux Jeux olympiques depuis 1920, mais seulement pour les hommes. Il aura fallu attendre 1998, aux Jeux olympiques de Nagano, pour que le hockey féminin fasse son entrée comme discipline.

Le point, 5 février 1998

Dans ce reportage diffusé le 5 février 1998, Stéphan Bureau et Jean-Jacques Simon suivent le processus de sélection des joueuses pour la formation de l’équipe canadienne.

La gardienne de but Manon Rhéaume participe au camp d’entraînement. Nous en sommes aux dernières coupures et la pression est à son comble.

France Saint-Louis, la doyenne de l’équipe, participe au camp à 39 ans. C'est probablement sa première et dernière chance de participer aux Jeux olympiques.

« Pour la première fois de leur vie, les joueuses ont un salaire leur permettant de s’entraîner à plein temps : 450 dollars par semaine. »

— Une citation de  Stéphan Bureau

Les hockeyeuses canadiennes subiront la défaite face aux Américaines lors de cette première participation aux Olympiques. Cependant, les troupes de l’entraîneuse Danièle Sauvageau prendront leur revanche en 2002, à Salt Lake City, avec la jeune Kim St-Pierre devant les filets.

L’équipe nationale de hockey féminin, avec son bassin de joueuses illustres, répétera l’exploit pour gagner l’or aux Jeux olympiques de Turin en 2006, de Vancouver en 2010 et de Sotchi en 2014.

Lors de cette victoire à l’arraché en 2014, les joueuses de l’équipe nationale nous ont fait vivre un des plus intenses moments de l’histoire de notre sport national avec une remontée spectaculaire telle que décrite dans ce reportage d’Antoine Deshaies.

Le téléjournal, 20 février 2014

Marie-Philip Poulin donne la victoire au Canada avec encore une fois deux buts en or, comme elle l’avait fait à Vancouver en 2010.

« Je pense qu’il restait cinq minutes au match et c’était 2-0, mais j’ai regardé sur le banc et absolument tout le monde y croyait encore. Je pouvais le voir dans les yeux des filles. »

— Une citation de  Charline Labonté, hockeyeuse

La capitaine Caroline Ouellette parle de la résilience de l’équipe qui traversait jusque-là une année difficile. Certaines jouaient même blessées.

Ce feu sacré ne risque pas de s’éteindre puisque, comme le mentionne Antoine Deshaies dans son reportage, le hockey féminin est aux Jeux olympiques pour y rester.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.