•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des donateurs deviennent usagers d'une banque alimentaire d’Edmundston

Yves Sévigny devant les étalages de la banque alimentaire.

Yves Sévigny, directeur de l’Atelier RADO, à Edmundston, fait état d'une hausse de la demande et d'une baisse du nombre de bénévoles en pleine phase rouge (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Atelier R.A.D.O., un organisme de soutien aux plus démunis à Edmundston, s’efforce de répondre à une demande croissante en pleine phase rouge avec beaucoup moins de bénévoles que d’habitude.

L'organisme offre dans la région d'Edmundston des services de banque alimentaire, de soupe populaire et de comptoir vestimentaire.

On voit apparaître des clients qu’on ne voyait pas habituellement. Par exemple, on va voir des familles surtout qu’on ne voyait jamais, mais que maintenant les parents ont soit moins de travail ou plus du tout de travail et ils se retrouvent à devoir utiliser nos services à la banque alimentaire. Également, un des impacts, la phase rouge où on demande aux gens d’être soit au travail soit à la maison, on a perdu tous nos bénévoles ou presque, explique le directeur général de l’Atelier R.A.D.O., Yves Sévigny, lors d’une entrevue accordée à l’émission La matinale, d’ICI Acadie.

La croissance du nombre de cas de COVID-19 dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick a poussé les autorités à augmenter le niveau d’alerte à la phase rouge. Cette dernière comprend des restrictions plus sévères que celles de la phase orange précédente dans le but de réduire les risques de contagion. La santé publique recensait jeudi 113 personnes atteintes de la COVID-19 dans la région.

L’augmentation de la fréquentation à l’Atelier R.A.D.O. est liée à la pandémie, selon M. Sévigny. Des gens qui avaient l'habitude de donner à l'organisme sont devenus des bénéficiaires des services qui y sont offerts.

Ce sont des gens que normalement on ne verrait pas. Je vais vous donner un exemple. Au printemps passé, à la fin du mois d’avril, on a vu apparaître des clients qui, pas plus tard que le Noël d’avant, avaient contribué en argent à notre [campagne de financement] pour la période des Fêtes. Donc, ils étaient des donateurs et ils sont devenus des bénéficiaires en cours de route. Ce sont des gens qui ont perdu leur emploi, souligne Yves Sévigny.

Possibilité inquiétante de confinement complet

Le premier ministre Blaine Higgs a répété cette semaine qu'un confinement total, semblable à celui du printemps dernier, est envisagé pour la région du nord-ouest. La santé publique devrait présenter une recommandation à ce sujet vendredi. Yves Sévigny s’inquiète pour la communauté.

Quand je dis qu’on est inquiet, on parle ici d’un retour à un confinement plus sévère. Est-ce que ça va vouloir dire la fermeture de nos entreprises, de nos usines, ce qui va faire qu’on va retourner à cette situation-là, que les gens vont avoir de la difficulté à payer les paiements de char et autres?, s’interroge M. Sévigny.

Une femme examine un étalage de vêtements.

L'Atelier R.A.D.O. a fermé son magasin (archives).

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

En cas de confinement complet, ajoute-t-il, l’Atelier R.A.D.O. devra faire comme au printemps dernier et livrer des boîtes de nourriture à domicile pour éviter que des rassemblements se produisent dans ses installations.

L’Atelier R.A.D.O. a déjà dû fermer son magasin et le bac où les gens pouvaient déposer des dons matériels.

On n’a pas de dons. Notre magasin est fermé. Donc, les revenus de l’Atelier R.A.D.O. vont s’approcher de zéro. On fonctionne sur nos réserves qu’on a faites dans la campagne de décembre et durant la campagne précédente et les quelques sous qu’on reçoit de la province pour maintenir nos services, précise M. Sévigny.

L'Atelier R.A.D.O. a besoin d'aide

Yves Sévigny lance un appel au public pour des bénévoles et des dons en argent qui serviront entièrement à acheter de la nourriture et à payer les coûts de fonctionnement.

C’est sûr que 20 $ ou 40 $ de don, ça nous fait avancer un petit peu plus. On a d’autres besoins. Est-ce que les gens peuvent nous fournir du temps? On a besoin de temps, on a besoin de bénévoles qui seraient prêts à faire de la livraison, souligne Yves Sévigny.

L’Atelier R.A.D.O. donne habituellement une dizaine de boîtes de produits alimentaires par jour, ajoute M. Sévigny. Leur nombre à l’heure actuelle varie de 10 à 15 par jour. Au printemps dernier, durant le confinement complet, c’était plutôt 15 à 20 boîtes par jour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !