•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google menace de rendre son moteur de recherche indisponible en Australie

Une femme utilise le moteur de recherche Google sur une tablette numérique.

L’Australie veut contraindre les GAFA à rémunérer les médias pour leurs contenus.

Photo : Getty Images / Ivanko_Brnjakovic

La Presse canadienne

Google a menacé de rendre son moteur de recherche indisponible en Australie si le gouvernement allait de l'avant avec son projet de faire payer les géants du numérique pour le contenu produit par les médias d'actualité.

Le premier ministre australien Scott Morrison a rapidement riposté, affirmant que nous ne répondons pas aux menaces.

L'Australie établit les règles pour ce que vous pouvez faire en Australie, a-t-il déclaré aux journalistes à Brisbane.

C'est fait dans notre Parlement. C'est fait par notre gouvernement. Et c'est ainsi que les choses fonctionnent ici en Australie.

Scott Morrison, premier ministre australien

Ses commentaires sont intervenus après que Mel Silva, la directrice générale de Google Australie et Nouvelle-Zélande, a dit dans le cadre d'une commission du Sénat sur le projet de loi que les nouvelles règles seraient irréalisables.

Si cette version du code devenait loi, cela ne nous donnerait pas d'autre choix que d'arrêter de rendre la recherche Google disponible en Australie.

Mel Silva, directrice générale de Google Australie et Nouvelle-Zélande

Et ce serait un mauvais résultat non seulement pour nous, mais aussi pour le peuple australien, la diversité des médias et les petites entreprises qui utilisent nos produits chaque jour , a-t-elle ajouté Mel Silva.

Le code de conduite obligatoire proposé par le gouvernement vise à faire en sorte que Google et Facebook paient équitablement les entreprises de médias australiennes pour l'utilisation du contenu d'actualité qu'elles siphonnent des sites d'information.

Mel Silva a mentionné qu'elle était prête à payer un groupe large et diversifié d'éditeurs de nouvelles pour la valeur qu'ils ajoutaient, mais pas selon les règles proposées, qui incluaient les paiements pour les liens et les encarts dans lesquels apparaissent les extraits d'une page web.

Elle a affirmé que le modèle d'arbitrage biaisé du code posait également des risques financiers et opérationnels ingérables pour Google. Elle a suggéré une série de modifications au projet de loi.

Nous pensons qu'il existe une voie sur laquelle on peut travailler, a ajouté Mel Silva.

Comme dans de nombreux autres pays, Google domine les recherches sur Internet en Australie. Mme Silva a dit aux sénateurs qu'environ 95 % des recherches dans le pays étaient effectuées via Google.

Interrogée par un sénateur sur le montant des impôts que l'entreprise paie, elle a dévoilé que Google a payé environ 59 millions de dollars australiens (46 millions de dollars américains) l'année dernière sur des revenus de 4,8 milliards de dollars australiens (3,7 milliards de dollars américains).

Facebook s'oppose également aux règles et a menacé de supprimer les actualités de son site en Australie. Simon Milner, vice-président de Facebook, a déclaré que le volume considérable d'accords qu'il devrait conclure serait irréalisable.

The Australia Institute, un groupe de réflexion indépendant a révélé que les législateurs devraient rester fermes contre l'intimidation de Google.

Le témoignage de Google fait aujourd'hui partie d'un modèle de comportement menaçant qui fait froid dans le dos pour quiconque apprécie notre démocratie, a conclu Peter Lewis, l'un des directeurs du groupe de réflexion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !