•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vieillissement de la population pose des défis en Atlantique

Des gens âgés marchent sur un trottoir.

Le vieillissement de la population à lui seul va faire augmenter de 27 % les coûts des soins de santé en Atlantique d’ici 2040, estime le Conseil économique des provinces de l'Atlantique (archives).

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Une nouvelle étude prévoit que le nombre de personnes âgées dans les provinces de l'Atlantique augmentera de 32 % au cours des 20 prochaines années, ce qui exercera une pression supplémentaire sur le système de santé.

L'étude, publiée jeudi par le Conseil économique des provinces de l'Atlantique, indique que la croissance la plus rapide sera observée chez les aînés plus âgés.

Ainsi, l'analyste des politiques Fred Bergman estime que le nombre de personnes âgées de 75 ans et plus doublera d'ici 2040 dans les provinces de l'Atlantique. Il ajoute que la région aura alors besoin de 25 000 lits supplémentaires en matière de soins de longue durée.

Le groupe de réflexion indépendant affirme que ces changements dans les modèles démographiques auront des implications importantes pour l'économie de la région.

La population du Canada atlantique est déjà la plus âgée au pays et le Conseil estime qu’il y aura trois aînés pour deux jeunes dans cette région, d'ici 2040.

En 1990, souligne le Conseil, il y avait 20 jeunes qui entraient sur le marché du travail pour 10 travailleurs qui prenaient leur retraite. À l'heure actuelle, il n’y en a plus que sept.

Les principales industries en Atlantique, les pêches, la foresterie, l’agriculture, les mines, le pétrole et le gaz naturel, sont celles qui comptent la main-d'œuvre la plus âgée, indique le Conseil.

L’immigration comme piste de solution

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, estime que des politiques dynamiques en matière d’immigration peuvent contribuer à corriger les problèmes démographiques.

M. McNeil a déclaré, jeudi, qu’il fallait que sa province accueille plus de nouveaux résidents. Si la Nouvelle-Écosse ne renverse pas la tendance démographique, le budget de la santé finira par consommer toute la capacité de fonctionnement de notre gouvernement, a-t-il ajouté.

Le rapport du Conseil comprend aussi des données positives pour les retraités. Ces derniers touchent de nos jours un revenu personnel supérieur de 44 % à celui d’il y a 20 ans, et ce, après un ajustement pour l’inflation.

De plus, le Conseil estime que les organismes de charité disposeront d’un plus grand bassin de bénévoles, car les retraités font en moyenne 200 heures de bénévolat de plus par année que le reste de la population.

Quant à la création d’emplois à l’avenir, le Conseil ajoute que les services aux personnes âgées vont connaître une croissance et qu’ils auront besoin de travailleurs.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !