•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pandémie oblige : le tremplin musical Nouvelle scène se tourne vers la formation

Samantha Nyenimana chante devant un microphone dans un studio d'enregistrement.

Samantha Nyenimana, l'une des quatre artistes de Nouvelle scène cette année, avait déjà démarré sa carrière au Burundi.

Photo : Leslie Garrido-Diaz

Le tremplin musical Nouvelle scène, organisé par le Conseil culturel fransaskois (CCF), doit s’ajuster à la crise de la COVID-19. Ainsi, l'édition 2021 n’est pas un concours qui culmine vers un concert final, mais plutôt un programme de formation.

Quatre artistes fransakois émergents en font partie, soit Samantha Nyenimana, Philippe Bouchard et le duo C’est ma cousine, composé de Sylvie Walker et Elizabeth Tkachuk.

Immigrer et tout recommencer

Samantha Nyenimana avait commencé à bâtir une carrière musicale dans son pays d’origine, le Burundi. Cependant, au moment où elle devenait professionnelle, elle a immigré au Canada. C’est là que j'ai dû venir ici; c'était comme recommencer à zéro. Ce n’était pas facile, avoue-t-elle.

Tout était nouveau; je ne savais même pas si j’allais continuer à chanter.

Samantha Nyenimana, auteure-compositrice-interprète

Mais des amis ici l’ont intégrée à la communauté fransaskoise, et c’est là qu'elle a pu rencontrer des musiciens comme Michel Lalonde, Gilles Groleau et Michel Chammartin. Ils m’ont donné de l'espoir, dit-elle.

Samantha Nyenimana dans la nuit, vêtue d'un manteau bleu et d'un foulard aux motifs léopard.

Samantha Nyenimana décrit son style musical comme un mélange entre le contemporain et la musique afro.

Photo : Gifted Hands

Samantha Nyenimana dit avoir éprouvé une certaine angoisse à l'idée que le public saskatchewanais ne puisse pas comprendre ses chansons en kirundi, la langue du Burundi.

Ce sont les formations qui l'ont amenée à s'inscrire à Nouvelle scène. « C'est une façon de rencontrer des gens qui ont plus d'expérience que moi », admet-elle.

Rencontrer la formatrice Alexis Normand lui a vraiment ouvert les yeux : On a fait un plan de carrière; j’ai alors vu une grande porte d’opportunité s’ouvrir à moi.

D'emblée, elle se dit comblée par le fait qu’elle se sent en confiance pour écrire des chansons en français : C’est toute une réussite, déjà.

Garder le Twenga malgré tout

En 2018, elle a lancé un vidéoclip pour sa chanson Twenga au Burundi.

Cette chanson parle d'espoir, du positif; le mot twenga veut dire sourire, rigoler. Avec tout ce que l’on peut rencontrer dans la vie, on peut tomber mille fois, mais on va toujours se relever en étant plus fort que jamais, donc il faut sourire dans la vie, dit-elle.

Elles ne sont pas cousines!

Sylvie Walker et Elizabeth Tkachuk sous une corde à linge dans une cour arrière.

C'est ma cousine est un duo folk-bluegrass composé des artistes fransaskoises Sylvie Walker et Elizabeth Tkachuk.

Photo : Cassidy Daskalchuk

Sylvie Walker explique que le nom du groupe vient d’une expression qu’elle entend souvent dans la Fransaskoisie. Des fois, tu jases avec quelqu'un, et tu réalises que vous êtes "de parenté". Parce que vous avez le même mononcle, fait remarquer l'auteure-compositrice-interprète.

Elizabeth Tkachuk souligne que même si Sylvie Walker et elle ne sont pas véritablement des cousines, elles partagent tout de même un sens de la créativité. Quand on est ensemble, il y a des choses qui viennent toutes seules; on a déjà écrit une chanson en 15 minutes, souligne-t-elle.

Leurs textes parlent de la Fransaskoisie et de l’Ouest. Elles s'inspirent autant d'histoires familiales que de jeux de mots et de vers d’oreilles de la langue fransaskoise.

Comme Sylvie habite à Saskatoon et Elizabeth Tkachuk, à Zenon Park, c’est par le biais d'Internet qu'elles collaborent. Avec la situation du COVID, on a rarement la chance de se voir et de travailler ensemble. Ce qu’on recherche, c’est du temps de création et d’avoir d'autres professionnels pour nous encadrer, observe Elizabeth Tkachuk.

Leur duo peut compter sur l'expérience de Sylvie Walker. En 2012, elle avait remporté Nouvelle scène, pour progresser jusqu'au concours Chant'Ouest. Elle avait remporté cette compétition, ex æquo avec le Franco-manitobain Paul Cournoyer. Tout un avantage pour Sylvie Walker. Je suis bien préparée, et en plus, j’ai quelqu'un d’autre avec qui partager mes idées, fait-elle remarquer.

Elizabeth Tkachuk reste optimiste : On découvre déjà des idées, c'est bien parti, mais il y a encore bien du travail à faire; on a hâte de partager nos nouvelles tounes bientôt.


Un passionné de jazz parmi les chanteurs

Philippe Bouchard joue de la guitare.

Philippe Bouchard a étudié la guitare jazz au Québec.

Photo : Philippe Bouchard

Parmi les participants, un d’entre eux détonne. Si le guitariste jazz de formation Philippe Bouchard maîtrise son instrument, il cherche encore à s'abandonner à la chanson. En effet, c’est également la seconde fois qu’il participe à la plateforme Nouvelle scène.

Écrire des chansons, c’est difficile; j’y travaille encore!

Philippe Bouchard, musicien

Sans gêne, il explique que l'écriture de textes est plus difficile que la composition musicale : Je fais des textes, des poèmes, mais la transition vers la chanson est un élément différent.

L'artiste explique vouloir appliquer les techniques d'improvisation qui sont chères au jazz et à la chanson. Je veux prendre des textes qui ne sont pas nécessairement des chansons pour les improviser, en faire des chansons, fait-il remarquer.

Je veux mettre des textes en musique, les combiner avec de la musique jazz pour tisser des liens entre l’écriture et la composition.

Une période difficile qui porte fruit malgré tout

Philippe Bouchard raconte qu’il tire une certaine inspiration de l’isolement qu'entraîne la pandémie. L’instant partagé, c’est un élément important du jazz; c’est être présent dans le moment de la création, celui de la naissance de la musique.

Celui qui s'inscrit à Nouvelle scène dans l’optique de suivre des formations s’en dit comblé. Vu qu’il n’y a pas de spectacles, ce côté moins commercial m'aide à me développer en tant que compositeur, fait-il remarquer.

Contre mauvaise fortune, bon cœur

C'est l'annulation du concours Chant'Ouest en raison de la pandémie qui a mené le Conseil culturel fransaskois à mettre en place ce programme de formation Nouvelle scène. La tradition du concours Nouvelle scène permet normalement à un artiste de la Saskatchewan de progresser au concours musical des provinces de l'Ouest, Chant'Ouest.

Ce programme de formation, qui a débuté en septembre dernier, se poursuivra jusqu'en mars prochain.

Avec les informations de Doris Labrie et de Frédérique Cyr Michaud

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !