•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpital de Saint-Jérôme : retard de plus de 2 mois pour l’ajout de 57 lits temporaires

Le bâtiment temporaire de 57 lits qui devait contribuer à affronter la deuxième vague de la pandémie ouvrira finalement ses portes à la fin février. Le syndicat se questionne sur la dotation du personnel nécessaire.

Vue extérieure de l'Hôpital régional de Saint-Jérôme en hiver.

L'Hôpital régional de Saint-Jérôme est connu pour la vétusté de ses unités de soins.

Photo : STTLSSS-CSN

Le 25 septembre dernier, le député Youri Chassin annonçait la construction d’un « complexe temporaire » de 19 millions de dollars à l’Hôpital de Saint-Jérôme. Ce bâtiment « viendra pallier le manque d’espaces disponibles dans cet hôpital, notamment en prévision de mieux répondre aux besoins qui découleront de la deuxième vague de la COVID-19 au cours des prochains mois », disait-il.

Or, le CISSS des Laurentides indique que le nouveau bâtiment temporaire sera finalement inauguré fin février, au moment où la deuxième vague de la pandémie pourrait être en voie de s'estomper.

Il s’agit d’un retard de deux mois et demi par rapport à ce qui avait été annoncé aux employés le 13 octobre 2020.

La première étape consiste à ériger la structure temporaire d’ici la fin du mois d’octobre, écrivait-on. L’aménagement intérieur de ce complexe sera par la suite complété vers la mi-décembre, soit avant le début de la période habituelle d’influenza.

Le CISSS indique de la pandémie aurait ralenti le travail de certaines entreprises affectées au chantier. De plus des additions ont été apportées pour des raisons de sécurité. Nous avons dû rehausser la sécurité par l’ajout de rampes d’évacuation indique par courriel la porte-parole Myriam Sabourin. Des gicleurs ont aussi été ajoutés pour limiter les risques en cas d’incendie.

Selon trois sources, la pénurie de main-d'œuvre est l’une des raisons expliquant ce nouveau report.

Comme le souligne la présidente de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides, Julie Daignault, on ne sait pas où ils vont prendre le personnel […], car en bout de ligne, on n’a pas plus d’infirmières, d’inhalothérapeutes ou de préposés aux bénéficiaires.

Est-ce que ça voudra dire qu’il y aura plus de temps supplémentaire obligatoire et de main-d’oeuvre indépendante?, s'interroge Mme Daignault. Vous savez, on a déjà depuis la pandémie plusieurs absences, retraites, démissions. C’est difficile.

Un grand bâtiment recouvert d'une toile.

Ce bâtiment temporaire est en construction dans le stationnement de l'Hôpital de Saint-Jérôme.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Selon le document du CISSS daté du 13 octobre, le complexe accueillera les activités de l’unité 6 D [bloc opératoire, NDLR] [...] cela permettra à l’établissement de récupérer des espaces dans le but d’accueillir plus aisément les patients nécessitant une hospitalisation, dont ceux présentant des symptômes de la COVID-19.

Mme Daignault ajoute qu’il s’agit d’une grande gymnastique [...] La clientèle gériatrique de l’hôpital devrait aussi être déménagée dans l’ancien CHSLD LG Roland à côté de l’hôpital, et là il y a du retard, mais je ne sais pas pourquoi. Des dizaines de lits y sont disponibles.

Des médecins voient dans ce retard une nouvelle preuve des lacunes de l’administration du CISSS. On se retrouve avec un bâtiment moins performant que prévu, plus tard que prévu, estime une source médicale, qui a préféré que son identité demeure confidentielle par crainte de représailles de la direction.

Cette source estime que le retard va compliquer encore plus la réalisation des chirurgies qui sont déjà très en retard.

Jeudi, en fin de journée, le CISSS des Laurentides n’avait pas répondu à nos questions sur ce nouveau report.

À l’étude depuis juin

Pourtant, le dossier a été lancé au mois de juin 2020. Dans une communication de la PDG du CISSS des Laurentides au sous-ministre de la Santé et des Services sociaux, Yvan Gendron, elle demandait la construction rapide d’un bâtiment modulaire de 62 lits [...] de l’ordre de 39,9 M$.

La vétusté des unités de soins incluant plusieurs chambres multiples, le manque de 136 lits reconnu par le MSSS, ainsi qu’un manque d’espace permettant une réorganisation [...] présentent des risques en termes de qualité et de sécurité des soins à la clientèle, écrivait Rosemonde Landry.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a finalement autorisé à la fin de septembre un projet moins coûteux, soit le recours à une membrane comme revêtement extérieur qui pose des défis particuliers pour l’entretien et la sécurité.

Dans un document remis à la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) au début d'octobre et consulté par Radio-Canada, le directeur adjoint des services techniques du CISSS des Laurentides écrit : Ce complexe temporaire sera érigé en utilisant une structure de la compagnie Sprung. Considérant qu’il s’agit d’une première au Québec et tel que souhaité par la RBQ, le CISSS des Laurentides s’engage à établir un plan d’inspection et d’entretien pour ce bâtiment, et ce, jusqu’à ce que nous le démantelons.

D’autres établissements comme le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal et du Nord-de-l'Île-de-Montréal disposent de bâtiments temporaires déjà opérationnels depuis quelques mois.

Stéphane Maher devant le bâtiment temporaire en construction adjacent à l'hôpital de Saint-Jérôme.

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

En novembre, le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, s’était indigné de la construction d’une telle installation temporaire. J'ai honte de cette façon de travailler, déplorait-il. Il n’y a rien de plus permanent qu'une installation temporaire. On peut rester pris avec ça très, très longtemps.

Interrogé le 20 novembre dernier, le directeur général adjoint du programme de santé physique au CISSS, Sylvain Pomerleau, précisait que c'est une solution à court terme qui est supposée être là pour deux à trois ans. Ça va dépendre de l'état après cette période.

L’Hôpital de Saint-Jérôme est un hôpital régional construit dans les années 1940. On y retrouve 405 lits d’hospitalisation (61 % en chambres multiples) et 47 civières à l’urgence. L’offre de soins n’a pas suivi la croissance de la population qui a doublé en 35 ans.

L'hôpital fait également face à un problème de vétusté. En 2019, la majorité des bâtiments de l’hôpital affichait un indice de vétusté D (mauvais état) avec un déficit de maintien d’actif de plusieurs millions de dollars.

De passage à l’Hôpital de Saint-Jérôme le 7 juillet dernier, le premier ministre François Legault avait reconnu l’urgence de réaliser des travaux d’envergure.

Comme le rapportait Radio-Canada en novembre dernier, l’hôpital a été durement frappé par la pandémie avec une multiplication des cas de COVID-19 entre ses murs et des dizaines de patients qui l’ont contractée et en sont morts.

Un autre bâtiment temporaire de 62 lits doit ouvrir à l’Hôpital de Saint-Eustache à la fin du mois de janvier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !