•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moitié moins de demandes d’admission provenant du secondaire à l’Université de Hearst

L'extérieur de l'Université de Hearst.

Un des campus de l'Université de Hearst, qui attirent de plus en plus d'étudiants internationaux.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

L’Université de Hearst a reçu seulement 17 demandes d’admission d’élèves ontariens du secondaire, selon le Centre de demande d’admission aux universités de l’Ontario (OUAC), soit une baisse de 51 % comparativement à l’année dernière.

La diminution n’inquiète pas le recteur de l’Université, Luc Bussières, qui assure que cela n’aura pas d’impact sur les programmes offerts.

On a déjà 150 demandes pour l’automne. La portion qui arrive directement du secondaire est réduite, mais globalement les nouvelles sont bonnes pour l’Université de Hearst, explique-t-il

À pareille date l’année dernière, l’Université avait reçu au total 190 demandes d’admission.

En même temps, au moment où on se parle, pour le semestre d’hiver, on vient de recruter 50 personnes de plus, de sorte que c’est le meilleur semestre d’hiver de l’histoire de l’Université.

Luc Bussières, recteur de l'Université de Hearst

On a réussi à remonter nos inscriptions à un niveau un peu supérieur à celui de la fin de l’année passée, avant la COVID-19, ajoute-t-il.

Pas une surprise

La nouvelle d’hier, on la voyait venir, affirme le recteur au sujet de la baisse des demandes provenant des finissants du secondaire.

M. Bussières explique qu’historiquement, la plupart des demandes d’admission dans les universités ontariennes provenaient d’élèves du secondaire. Chez nous, comme ailleurs, ce portrait s’est modifié au cours des années.

On a aussi les gens qui transfèrent d’autres universités. Ces chiffres ne sont pas sortis, précise-t-il.

Il y a aussi les gens qui arrivent des collègues, et qui poursuivent des études universitaires par la suite avec des ententes d’articulation entre les deux niveaux d’études.

Luc Bussières, recteur de l'Université de Hearst

Le recrutement dans les écoles secondaires a été particulièrement affecté par la COVID-19, selon le recteur de l’Université de Hearst. C’était atypique pour tout le monde au niveau du recrutement.

Luc Bussières, recteur à l'Université de Hearst

Luc Bussières, recteur de l'Université de Hearst, souligne que le recrutement a été plus difficile.

Photo : Radio-Canada

Habituellement, on a une approche très personnalisée, on va dans les écoles et on rencontre les gens face à face. Cette année, tous les établissements ont dû revoir [leur] approche.

L’Université de l’Ontario français, qui doit ouvrir cet automne, n’a reçu que 19 demandes d’admission d’élèves ontariens.

D’autres universités ontariennes ont aussi remarqué une baisse du nombre de demandes d’admission.

Avec les informations d'Alice Zanetta

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !