•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La plus courte saison de pêche aux poulamons de l’histoire s’amorce

Des pourvoyeurs installent des cabanes de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

Les pourvoyeurs s'affairent à mettre la touche finale à la préparation des installations sur la rivière Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

Après quelques reports, la pêche aux petits poissons des chenaux débutera demain, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, quatre semaines plus tard que prévu en raison du temps doux et de la pluie du début de saison.

Le temps froid des derniers jours a permis au couvert de glace d’atteindre l’épaisseur minimale requise pour le montage des chalets, soit de 30 centimètres. C’est un moment que les pourvoyeurs attendaient avec impatience.

Des cabanes de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

La saison de pêche aux poulamons doit s'amorcer vendredi sur la rivière Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

On le fait par passion cette année, dit Stéphane Roy, propriétaire du Centre de pêche Grimard. Il est bien conscient que la pandémie et le retard occasionné par Dame Nature pour lancer les activités feront en sorte que les profits seront considérablement affectés.

C’est vraiment une passion. Quand t’as été élevé dans ça, c’est sûr et certain que ce n’est plus juste une question d’argent, c’est une question de fierté et de plaisir à le faire.

Un homme marche près de cabanes de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

Moins de cabanes ont été installées sur la rivière Sainte-Anne cet hiver en raison de la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

On est tard dans la saison, mais on est là quand même. C’est une tradition, j’ai tout le temps fait ça et je ne vais pas rester chez nous l’hiver, lance pour sa part Jacques Lefebvre.

La capacité du site a été revue en fonction de consignes sanitaires. Seule une centaine de chalets ont été installés.

Des places qui s’envolent

Stéphane Roy recommande aux amateurs de pêche de réserver le plus tôt possible. Il affiche complet pour les deux prochaines semaines.

Les places s’envolent, c’est même très surprenant. Dû à la COVID aussi, les gens veulent sortir de chez eux et venir à la pêche, explique-t-il.

C’est sûr qu’à 100 chalets, 125 chalets, on s’attend que les chalets soient tous loués cette fin de semaine.

Steve Massicotte, président de l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne
Un homme s'occupe d'installer une cabane de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

Steve Massicotte est porte-parole de l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Le poulamon devrait quitter la rivière Sainte-Anne vers la fin février. La 83e saison de pêche aux poulamons, d’une durée de cinq semaines, sera donc la plus courte de l’histoire.

Les pourvoyeurs ont revu leurs attentes en conséquence et espèrent pouvoir couvrir leurs dépenses.

Avec les informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !