•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un variant très contagieux probablement à l'origine d'une flambée dans un foyer de soins

L'entrée du foyer des soins Roberta Place de Barrie, en Ontario.

Les cas se sont multipliés très rapidement au foyer de soins prolongés Roberta Place, de Barrie, en Ontario.

Photo : Evan Mitsui

La COVID-19 s'est répandue comme une traînée de poudre dans un foyer de soins de longue durée ontarien, ce qui a amené les responsables à soupçonner la présence d'un variant très contagieux du coronavirus.

Environ 130 personnes âgées vivent à Roberta Place de Barrie, à une centaine de kilomètres au nord de Toronto.

Le médecin hygiéniste adjoint de la région a rappelé jeudi que le premier cas avait été confirmé le 8 janvier. Cinquante-cinq personnes sont tombées malades en 48 heures, a raconté le Dr Colin Lee, de la région sanitaire de Simcoe-Muskoka. Ç'a été d'un rapidité fulgurante.

Jeudi, 122 résidents avaient été déclarés positifs, 25 étaient morts, 5 étaient hospitalisés et 74 membres du personnel étaient infectés.

Une mutation a été détectée dans six échantillons. Les autorités attendent d'ici à trois ou quatre jours les résultats de tests de séquençage génétique qui permettront de déterminer s'il s'agit de celles détectées au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil ou encore d'un autre variant.

Patient zéro

Le première personne atteinte a été un membre du personnel, qui était asymptomatique au départ. Le Dr Lee a assuré que cette personne avait suivi à la lettre les consignes de la santé publique.

Elle avait eu des contacts étroits avec une personne qui avait voyagé à l'étranger, mais pas au Royaume-Uni, en Afrique du Sud ou au Brésil.

Des proches tentent de communiquer avec des résidents par les fenêtres de la résidence.

Les responsables comptent effectuer plus de tests de dépistage et accroître les mesures de contrôle des infections au foyer.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Le Dr Lee a affirmé que beaucoup d'efforts étaient mis sur le traçage des contacts, pour s'assurer que les gens s'isolent, au besoin. Une de nos priorités, présentement, est d'éviter que le virus se propage encore plus, a-t-il ajouté.

Seule une fraction des résidents ont pu être vaccinés samedi. Le médecin pense que si la vaccination avait eu lieu il y a un mois, Roberta Place ne serait pas dans une situation aussi grave.

Appel à l'aide

La mère de Jeremy Taggart, Beryl, est atteinte de la COVID-19, mais ne présente pas de symptômes.

Il trouve que la communication avec la direction laisse à désirer.

Ils sont dépassés, mais ne veulent pas l’admettre, soutient-il. Je ne sais pas pourquoi.

Ils ont besoin d’aide; ils sont dans une situation désastreuse. Et moi je suis là et j’attends.

Jeremy Taggart, fils d’une résidente

Il réclame l’aide des Forces armées, pour sa mère et les autres pensionnaires, comme cela s’est fait dans d’autres foyers pendant la première vague.

Le ministère des Soins de longue durée a affirmé jeudi travailler avec d'autres services de santé pour s'assurer qu'il y a assez personnel au centre de soins.

La Croix-Rouge et un hôpital local viennent déjà en aide au personnel du foyer.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !