•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités s’interrogent sur le maintien de la glace dans les arénas

Le centre sportif de Longlac.

La municipalité de Greenstone maintient pour l'instant la glace au centre sportif de Longlac, tout comme dans ces trois autres arénas.

Photo : Ville de Greenstone

Les saisons de hockey et de curling prennent fin prématurément dans certaines communautés. En raison de l’état d’urgence provincial lié à la COVID-19, des municipalités ont décidé de fermer leurs installations pour le reste de l’hiver, tandis que d’autres se penchent sur la question.

Les installations récréatives intérieures sont fermées depuis le 26 décembre, et ce au moins jusqu’au 11 février en raison de l’état d’urgence.

En raison de ces fermetures, certaines municipalités ont décidé de retirer la glace de leurs arénas et de leurs clubs de curling.

La municipalité d’East Ferris l’a fait cette semaine dans son centre communautaire.

Le directeur général, Jason Trottier, souligne qu’il ne valait pas la peine de garder la glace en vertu des coûts d’électricité pour les compresseurs, de la perte de revenus de locations et du peu de temps restant à la saison si l’état d’urgence est levé.

Il ne faisait pas de sens de rester ouvert jusqu’au 10 février pour un mois de hockey.

Jason Trottier, directeur général de la municipalité d’East Ferris.

M. Trottier estime que la municipalité va épargner entre 30 000 $ et 35 000 $.

Selon M. Trottier, l’association de hockey mineur a été consultée et ses dirigeants comprennent la décision.

D’autres conseils municipaux ont abordé le sujet récemment.

Lors de sa rencontre mardi soir, le conseil municipal de Nipissing Ouest a été informé qu’il en coûte environ 2 500 $ par semaine en électricité pour le maintien de la glace dans ses deux arénas, soit à Verner et à Sturgeon Falls.

Malgré ces coûts, des élus se montrent favorables à maintenir les glaces, en vue d’une reprise des activités possible pendant cinq semaines si l’état d’urgence est levé le 11 février.

Je trouve qu’on devrait attendre. C’est quelque chose dont les enfants ont besoin, le hockey et le patinage artistique.

Dan Roveda, conseiller municipal de Nipissing Ouest.

La mairesse Joanne Savage a demandé au personnel de vérifier si les associations de hockey et les clubs de patinage prévoient reprendre leurs activités si l’état d’urgence prend fin.

La municipalité de Greenstone maintient aussi la glace dans ses quatre arénas et quatre clubs de curling.

Le maire Rénald Beaulieu admet que c’est coûteux, mais dit que ces installations seront importantes si l’état d’urgence est levé comme prévu le mois prochain.

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu

Le maire de Greenstone, Rénald Beaulieu.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

C’est pour la santé mentale de nos citoyens. Les jeunes veulent aller au hockey. Les parents veulent que les enfants jouent au hockey. Les adultes veulent jouer au curling, dit-il.

Pour le moment, le maire souligne que le personnel de ces installations a été assigné à d’autres tâches et que la municipalité réalise quelques économies en ne faisant pas appel à des travailleurs à temps partiel.

L’Association de hockey mineur de Longlac se réjouit de la décision de maintenir les glaces.

C’est très important, il y a très peu à faire dans la communauté en ce moment.

Carole Tanguay, Association de hockey mineur de Longlac.

Toutefois, tous s’entendent pour dire qu’il faudra prendre une décision si la province prolonge l'état d'urgence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !