•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Scott Moe devrait se mêler de ses affaires », réplique le Parti vert

Les pompes à essence d'une station-service de Co-op et Petro Canada à Regina.

Le conseiller municipal Jason Mancinelli croit qu'il serait possible d'avoir une commandite d'une compagnie pétrolière ou gazière si celle-ci investit dans les énergies vertes ou les produits écologiques.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Les critiques ont rapidement fusé après les menaces faites par Scott Moe à la Ville de Regina, si cette dernière approuvait la motion visant à interdire les partenariats publicitaires entre la Municipalité et les compagnies liées aux énergies fossiles.

Le premier ministre saskatchewanais avait qualifié la proposition d'absurde. Il avait même suggéré que Regina pourrait ne plus recevoir les surplus de taxes municipales de SaskEnergy et de SaskPower.

Des propos qui font réagir.

Il est choquant que le premier ministre utilise sa position pour intimider un autre niveau de gouvernement et menacer les résidents de Regina, affirme le porte-parole néo-démocrate en matière d'affaires municipales, Matt Love

Il estime que ce n’est pas une bonne manière de travailler.

Avec les morts dues à la pandémie actuelle qui continuent d’augmenter, Matt Love ne croit pas que ce soit le temps de faire des menaces ou de se fâcher.

Le Parti vert provincial n’hésite pas, quant à lui, à appeler Scott Moe un intimidateur.

Scott Moe devrait se mêler de ses affaires plutôt que de celles du secteur pétrolier et gazier.

Une citation de :Naomi Hunter, chef du Parti vert de la Saskatchewan

La chef du parti, Naomi Hunter, affirme qu’il est embarrassant qu’un premier ministre tente de faire obstacle à la souveraineté démocratique [de la Ville] .

Le Parti vert soutient que la Ville de Regina devrait pouvoir prendre ses propres décisions. Il appuie également la proposition d'interdire toute commandite d’une entreprise pétrolière ou gazière.

Des propos critiqués au niveau municipal

Le conseiller municipal ayant proposé la motion, Daniel Leblanc, disait en entrevue jeudi : La Ville de Regina a été très claire depuis quelques années sur le fait que l’environnement est l’une de ses grandes valeurs.

Il est incohérent de continuer à faire des partenariats avec des compagnies qui promeuvent ces types d’énergies polluantes.

M. Moe devrait rester hors des politiques municipales. Bien honnêtement, je crois qu’il a de plus gros problèmes à régler avec sa gestion de la COVID-19.

Une citation de :Daniel Leblanc, conseiller municipal à la Ville de Regina

Daniel Leblanc estime que la manière dont Scott Moe a géré le lock-out à la raffinerie Co-op de la capitale prouve qu’il n’est pas du côté des travailleurs.

Il ajoute qu’il serait extrêmement injuste pour les Réginois de se voir supprimer les surplus des taxes municipales, puisque la population paie pour cela.

M. Leblanc ne croit pas qu’il soit hypocrite de faire affaire avec SaskPower tout en voulant utiliser davantage d'énergies vertes.

De son côté, le conseiller municipal du quartier 9, Jason Mancinelli, soutient la proposition, mais voudrait y voir quelques modifications.

Il croit par exemple que des partenariats publicitaires pourraient être faits si une compagnie pétrolière investit dans les énergies renouvelables ou dans des produits écologiques tels que les voitures électriques.

Jason Mancinelli a été surpris de voir la réaction du premier ministre, la qualifiant de moment de distraction.

Je comprends son point de vue. Je crois qu’il a une responsabilité de protéger ces industries et je le respecte pour cela. Mais dans cette situation précise, je crois que cela n'avait pas sa place.

Avec les informations de Heidi Atter et de Charles Lalande

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !