•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chaudière-Appalaches, région la plus réticente du Québec à se faire vacciner

Une infirmière tient une capsule contenant le vaccin Pfizer/BioNTech dans sa main.

Plus de 720 000 Canadiens ont reçu une dose de vaccin contre la COVID-19 jusqu'à maintenant.

Photo : The Associated Press / Frank Augstein

Chaudière-Appalaches est la région, au Québec, où les gens s’opposent le plus à la vaccination. Dans un sondage réalisé entre le 25 décembre et le 6 janvier, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) relève qu’un citoyen sur quatre, de cette région au sud de la Capitale-Nationale, passerait son tour si l’opportunité d’être vacciné s’offrait à lui.

Interrogés sur leur intention de recevoir un vaccin contre la COVID-19 lorsqu’il sera disponible, seulement 62 % des citoyens sondés de Chaudière-Appalaches répondent : oui.

Un tableau montre que 62 % des citoyens de Chaudière-Appalaches se disent prêts à recevoir un vaccin contre la COVID.

Un sondage réalisé par l'INSPQ montre que 62 % des citoyens de Chaudière-Appalaches se disent prêts à recevoir un vaccin contre la COVID.

Photo : Radio-Canada

La moyenne, au Québec, se situe à 74 %. L’Institut national de santé publique du Québec a sondé 17 régions.

Un tableau montre que 74 % des répondants au Québec se disent prêts à recevoir un vaccin contre la COVID-19.

Le sondage indique 74 % des Québécois se disent prêts à recevoir un vaccin contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Ces chiffres doivent toutefois être pris avec prudence, indique Eve Dubé, co-auteure de l’étude.

Sur le site de l'INSPQ, on présente les résultats pour l'ensemble du Québec. Par contre, on présente aussi des données régionales qui portent sur un plus petit nombre de répondants, donc il faut garder ces limites-là en tête lorsque nous interprétons les résultats.

Eve Dubé, chercheure à l'INSPQ

L'INSPQ a sondé à deux reprises les Québécois concernant leur intention de se faire vacciner. Les deux fois, Chaudière-Appalaches demeurait la région du Québec manifestant le plus de réticence par rapport à la vaccination.

Selon Eve Dubé, il n’y a pas lieu de s’alarmer.

Les questions qu'on pose concernent les intentions, explique l’anthropologue de formation. Entre le moment où les gens répondent à un sondage sur leur intention et le moment où ils se feront réellement offrir un vaccin, beaucoup de choses qui peuvent changer. [Le sondage] ne va pas nécessairement refléter parfaitement ce qui va se passer quand les personnes en Chaudière-Appalaches auront accès au vaccin.

L’auteure note d’ailleurs que malgré l'opposition exprimée par plusieurs parents concernant la vaccination de leur nouveau-né, 9 bambins sur 10 reçoivent leurs vaccins.

Pour arrêter la COVID et mettre fin à l'épidémie, ça prend une certaine proportion de gens vaccinés. On parle de 75, voire 80 % de gens vaccinés, conclut Eve Dubé, de l'INSPQ. Il y a certaines personnes qui sont allergiques aux vaccins; d'autres qui ne pourront pas le recevoir parce qu'ils sont immunosupprimés. Donc pour toutes sortes de raisons médicales, des gens ne pourront pas être vaccinés. D’où importance que toutes les personnes en bonne santé qui sont ciblées par la vaccination, l'acceptent. 

Méthodologie 

  • Depuis juillet 2020, l’INSPQ publie chaque deux semaines les résultats d’un sondage sur les attitudes et les comportements des Québécois.
  • Réalisé en ligne, ce coup de sonde regroupe les réponses de 6 600 adultes québécois.
  • L’INSPQ conseille la prudence dans l’interprétation des résultats, étant donné que l’échantillonnage, non probabiliste, ne présente pas de marge d’erreur.

L'exception Chaudière-Appalaches

Les coups de sonde menés par l’INSPQ permettent également de dégager d'autres tendances en Chaudière-Appalaches.

La région, par exemple, se retrouve aussi au bas du palmarès des régions en ce qui concerne le dépistage.

S’ils présentaient des symptômes associés à la COVID-19, seulement 78 % des habitants de la région iraient se faire dépister, selon le sondage de l’INSPQ.

C’est plus qu’en Outaouais (77 %), mais moins que la moyenne québécoise (83 %) et que dans la Capitale-Nationale (85 %).

C’est aussi en Chaudière-Appalaches que les répondants affichent la moins grande volonté de se faire tester depuis le début de la pandémie.

À la question : depuis mars 2020, avez-vous essayé de vous faire tester pour la COVID-19?, seulement 19 % des gens affirment que oui. 

Quatre personnes sur cinq, donc, répondent par la négative.

Dans l’ensemble du Québec, 29 % des répondants disent avoir déjà subi un test de dépistage, tandis que 69 % indiquent n’avoir jamais tenté d’en passer un. 

Enfin, la région de Chaudière-Appalaches arrive aussi bonne dernière concernant l’approbation au port du masque dans l’espace public où le respect de la distanciation est difficile.

Cette mesure recueille, dans l’ensemble du Québec, 91 % d’adhésion en moyenne depuis l’automne. 

En Chaudière-Appalaches, le port du masque obligatoire obtient, en moyenne, 84 % d’opinion favorable - le plus bas taux dans la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !