•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac Melville : une circonscription du Labrador secouée par des accusations de racisme

En 2019, et encore en 2020, le député sortant dans Lac Melville a fait des commentaires sur les Innus qui ont été vivement condamnés. Dans cette circonscription qui compte une forte population autochtone, comment les candidats espèrent-ils tourner la page?

Les quatre candidats de la circonscription de Lac Melville.

Les candidats dans Lac Melville. De gauche à droite, Amy Norman (NPD), Michelle Baikie (Parti libéral), Shannon Tobin (Parti progressiste-conservateur) et Perry Trimper (indépendant).

Photo : Radio-Canada

Selon la néo-démocrate Amy Norman, le bilan du député sortant Perry Trimper et surtout ses propos controversés refont souvent surface lorsqu’elle fait du porte-à-porte à Happy Valley-Goose Bay.

C’est deux fois maintenant qu’il a dit des choses qui ne sont pas acceptables, soutient la candidate dans Lac Melville, une Inuk qui a grandi dans la circonscription labradorienne. Ça expose une façon de penser qui est malheureusement assez répandue ici à Terre-Neuve-et-Labrador. Je parle du racisme contre les peuples autochtones.

En septembre 2019, Perry Trimper a déclaré — en laissant, à son insu, un message sur une boîte vocale — que les Innus utilisent souvent la carte de la race dans leurs discussions avec le gouvernement provincial. Un an plus tard, pendant une entrevue avec CBC, il a aussi dit que des itinérants à Happy Valley-Goose Bay choisissent un style de vie risqué.

Dans les deux cas, les déclarations ont suscité de vives condamnations de la nation innue et des résidents autochtones.

Une carte de Lac Melville.

La circonscription de Lac Melville englobe cinq villes du Labrador, dont Happy Valley-Goose Bay.

Photo : Radio-Canada / Louise Duguay

Perry Trimper, élu sous la bannière libérale mais candidat indépendant depuis novembre, se dit toujours un allié des Innus et soutient qu’il essaie encore chaque jour de restaurer l’amitié entre nous.

Je ne veux jamais offusquer quelqu’un, je fais de mon mieux chaque jour et je pense que les gens dans Lac Melville le voient, affirme-t-il, en rappelant qu’il travaille avec les groupes et leaders autochtones du Labrador depuis plus de 30 ans.

Perry Trimper.

Le député indépendant sortant, Perry Trimper

Photo : Gracieuseté - Perry Trimper

Il y a un non-sens

Pourtant, ses trois adversaires politiques dans Lac Melville — une circonscription où environ la moitié des résidents sont autochtones — soutiennent que les électeurs veulent un changement.

Ça a causé beaucoup de peine, beaucoup de douleur quand M. Trimper a fait ses commentaires, raconte Amy Norman, qui souligne qu’elle connaît bien l'histoire et la réalité des Autochtones de la région. M. Trimper essaie d’être le représentant de ces gens, mais il ne les représente pas. Il y a un non-sens.

Shannon Tobin, candidat progressiste-conservateur qui a travaillé pour la Première Nation innue de Sheshatshiu, croit qu’il est mieux placé que Perry Trimper pour assurer de bonnes relations entre la province et les gouvernements autochtones.

L’une de mes priorités est de rassembler nos communautés à travers mes contacts, mes bonnes relations avec les leaders communautaires, explique-t-il.

Michelle Baikie, la candidate libérale, croit également que la personne qui va remporter la course doit être plus rassembleuse.

C'est le temps. Nous avons besoin d’une nouvelle voix pour représenter les gens, affirme-t-elle.

Un référendum sur Perry Trimper?

Malgré la controverse entourant les propos de Perry Trimper et la spéculation sur son avenir à la chambre d'assemblée, tous les candidats estiment que les besoins criants en infrastructures sont la priorité des électeurs dans Lac Melville.

Shannon Tobin veut se concentrer sur les infrastructures routières, surtout le pavage de la route 510. Il estime aussi que la province devrait payer tous les coûts liés aux déplacements pour les rendez-vous et traitements médicaux à Terre-Neuve.

Amy Norman veut miser sur la création de logements sécuritaires et abordables, face à la crise du logement qui sévit à Happy Valley-Goose Bay depuis des années. Comme Perry Trimper, elle soutient qu’il faut augmenter l’accès aux services en santé mentale et en dépendance.

Michelle Baikie dit vouloir créer un comité pour regrouper les représentants du gouvernement provincial et des gouvernements autochtones, et améliorer l’accès aux médecins de famille et aux transports aériens.

Perry Trimper est d'avis que la course dans Lac Melville n’équivaut pas à un référendum sur son bilan. Il croit que c'est plutôt la vision qu'ont les électeurs de l’avenir de leur circonscription qui déterminera le gagnant.

Je vous dirais que les transports, l’accès aux soins de santé, ce sont les enjeux beaucoup plus importants, soutient-il. Les infrastructures, les routes, ce sont des sujets clés.

Les élections générales à Terre-Neuve-et-Labrador auront lieu le 13 février. Perry Trimper est député pour Lac Melville depuis 2015.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !