•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alex Burger retombe en amour avec la Sweet Montérégie

Un homme plongé dans la pénombre joue de la guitare.

Alex Burger lance un premier album solo, «Sweet Montérégie», deux ans après le microalbum «A’mant donné», lancé en 2018.

Photo : Big in the Garden / Camille Gladu-Drouin

Radio-Canada

Alex Beauregard, alias Alex Burger, lancera vendredi son premier album solo, Sweet Montérégie. Il s’agit d’un retour aux sources pour le musicien natif de Saint-Césaire, qui roulait sa bosse à Montréal depuis un bon moment.

Même s’il lance son premier album, Alex Burger est un habitué de la scène musicale québécoise. Ancien chanteur et guitariste du groupe Caltâr-Bateau, il est actuellement bassiste pour le groupe Bon Enfant, après l’avoir été pour Mon Doux Saigneur, alias Emerik St-Cyr Labbé.

Demi-finaliste au Festival international de la chanson de Granby en 2018, finaliste aux Francouvertes et gagnant du Cabaret Festif! en 2019, le jeune homme de 30 ans a également participé à La Voix au cours de la saison 2019-2020, où il a su charmer Pierre Lapointe avec sa reprise de Bye bye mon cowboy, de Mitsou.

Après un premier microalbum solo lancé en 2018, À’ment donné, le musicien a enchaîné les spectacles tout en sachant qu’il allait finir par manquer de matériel. L’album est donc né, en partie, d’une certaine nécessité.

« J’avais juste un EP [microalbum]. Je faisais des salles en région, mais je mentais : je disais que j’avais un show d’une heure et demie, mais on avait juste cinq tounes », a-t-il expliqué à Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin.

« Ça a fonctionné, ça s’est booké, dit-il, mais à partir de ce moment-là, on a été obligés de monter un show. C’était un peu drôle, on a comme monté ça "sur le fly" pour partir en tournée. »

Une âme country et un parler bien québécois

Sweet Montérégie est un album joyeux où Alex Burger chante comme il parle, sans fioritures, sur des thèmes comme l’amour, la distance, la dérape, peut-on lire dans un communiqué. Musicalement, on oscille entre le rock, le folk et le country, sur 11 pièces coréalisées par Burger et son ami Alexandre Martel, notamment derrière Anatole.

Comme le titre de l’album, ces nouvelles chansons ont été fortement inspirées par le retour du musicien vers son patelin en Montérégie, une région « avec plein d’affaires sweet » comme la petite pataterie à Saint-Dominique, les montagnes et les couchers de soleil.

Ç’a été long avant que je m’en rende compte, comme un bon expatrié qui pense que c’est mieux ailleurs et que la beauté n’est pas nécessairement sur son terrain, conclut-il.

Avec les informations d'Eugénie Lépine-Blondeau, chroniqueuse culturelle à l'émission Tout un matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !