•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les aînés du Bas-Saint-Laurent se sentent laissés pour compte en temps de pandémie

Une préposée aux soins tient la main d'une personne âgée.

L'isolement social touche davantage les personnes âgées.

Photo : Shutterstock / Lighthunter

Des élus du Bas-Saint-Laurent et des organismes représentant les aînés de la région réclament au gouvernement fédéral l'amélioration des conditions de vie des aînés, en temps de pandémie.

Le Carrefour 50 + du Québec, la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ) et la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent ont lancé jeudi une pétition en ligne sur le site de la Chambre des communes.

Ils sont appuyés par le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas et par la députée d’Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia, Kristina Michaud.

Ils demandent entre autres, une hausse minimale de 10 % de la pension de vieillesse et l'adoption de programmes pour briser l'isolement des aînés, particulièrement dans les régions mal desservies avec la connexion Internet, comme c'est le cas à plusieurs endroits au Bas-Saint-Laurent, disent-ils.

Le président de la FADOQ Bas-Saint-Laurent, Gilles Noël

Le président de la FADOQ Bas-Saint-Laurent, Gilles Noël

Photo : Radio-Canada

Alors qu’une grande proportion de la population a reçu du soutien financier du fédéral, on demande que le gouvernement mette en œuvre sa promesse électorale de rehausser de 10 % la pension de vieillesse, a expliqué le président de la FADOQ Bas-Saint-Laurent, Gilles Noël.

Formulaire de demande de pension de la sécurité de la vieillesse.

Formulaire de demande de pension de la sécurité de la vieillesse.

Photo : Radio-Canada / Services Canada

Les aînés éprouvent un profond sentiment d’injustice par rapport à d’autres catégories d’âge, a mentionné Maxime Blanchette-Joncas. Il citait notamment la prestation d'urgence canadienne (PCU).

La pétition demande aussi au gouvernement d’indexer les paiements de transfert en santé de 6 % et d’intégrer dans ce calcul une variable tenant compte du vieillissement de la population; de reconnaître Internet haute vitesse comme service essentiel et d’accélérer le branchement en conséquence. 

Le texte réclame aussi de l’aide pour compenser la diminution du nombre de membres des regroupements d’aînés qui entraîne des pertes de revenus et le recours à des professionnels pour valoriser l’engagement bénévole.

Ce sera très difficile de remobiliser nos bénévoles, prévoit Richard Rancourt. La pandémie les a habitués à rester chez eux. Elle a eu pour effet d’instaurer une culture de la peur.

Kathleen Bouffard, première vice-présidente de la Table de concertation des aînés du
Bas-Saint-Laurent

Kathleen Bouffard, première vice-présidente de la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada

De son côté, la première vice-présidente de la Table de concertation des aînés du Bas-Saint-Laurent, Kathleen Bouffard, a insisté sur l’importance d’un réseau d’aide directe et de soutien pour les aînés qui souffrent de l’isolement. C’est encore pire pour ceux qui restent dans leur maison, a-t-elle rappelé.

Une personne sur quatre a 60 ans et plus au Bas-Saint-Laurent.

D'après les informations de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !