•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

125 000 $ pour promouvoir le plein air au Témiscamingue et ailleurs

Un homme en raquettes dans la neige.

Un homme en raquettes (archives)

Photo : Getty Images / Chris Babcock.

Tanya Neveu

La Coopérative de solidarité plein air de l’Abitibi-Témiscamingue pourra offrir ses services dès l’été 2021.

La MRC de Témiscamingue a octroyé un montant de 125 000 $ sur 3 ans à la coopérative afin de soutenir sa vision de développement du plein air. Cette somme provient du Fonds régions et ruralité.

Le nouvel organisme souhaite entre autres travailler à l’ajout d’équipements spécialisés et de forfaits d’expériences plein air, autant sur le territoire du Témiscamingue que sur celui de l’Abitibi. Le secteur du Nord-Est ontarien pourrait aussi être visé, dans le futur, par l’offre de services de la coopérative.

La préfète du Témiscamingue, Claire Bolduc, a souligné toute l’importance de ce secteur d’activité pour le territoire.

Ça permet de promouvoir le territoire. Ça permet à des entreprises de se développer. Ça permet à des services de se déployer. La Coop joue ce rôle central là de catalyseur de l’offre de services. Pour nous, c’était majeur de l’appuyer. C’était majeur de soutenir certaines des acquisitions qu’elle doit faire et d’assurer son fonctionnement pour les trois prochaines années, estime la préfète.

La coopérative souhaite être en fonctionnement à partir de 2021. L’organisme veut faire l’acquisition d’un local de type cool box, qui peut être installé de façon permanente ou déplacé au besoin sur un autre emplacement.

Le pôle aventure-nature fait partie des trois pôles d’excellence visés par la MRC de Témiscamingue. Les deux autres pôles sur lesquels la MRC souhaite axer son développement sont les agricultures innovantes et les énergies renouvelables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !