•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba annule les examens provinciaux de 12e année

Le ministre de l'Éducation, Cliff Cullen, l'air mécontent.

Cliff Cullen a donné sa première conférence en tant que Le nouveau ministre de l'Éducation, jeudi.

Photo : Radio-Canada / Austin Grabish / CBC

La province décide d’annuler les examens provinciaux de 12e année, qui devaient avoir lieu au mois de juin.

Le gouvernement explique cette décision par l’impact que continue d’avoir la pandémie de COVID-19 sur l’éducation. Les examens du mois de janvier avaient déjà été annulés.

Cependant, les enseignants devraient continuer d'évaluer les élèves en fonction des notes à la fin de l'année, déclare un porte-parole provincial par courriel.

Lors d’une conférence de presse, le nouveau ministre de l’Éducation, Cliff Cullen, a dit qu’il s’attendait toujours à ce que les enseignants fassent des évaluations locales de quelque façon que ce soit et que les étudiants auront une note finale à leur bulletin.

Interrogé pour savoir s’il pensait que l’annulation de ces examens pourrait avoir un impact pour les jeunes qui se préparent à entrer à l’université, le ministre a répondu qu’il avait eu des discussions avec des institutions postsecondaires à ce sujet.

Dans le passé, l’annulation de ces examens n’a pas eu d’incidence pour les étudiants qui voulaient entrer à l’université et nous ne nous attendons pas à ce qu’il y ait un impact cette année, a-t-il déclaré.

M. Cullen a estimé que, malgré les annulations successives de ces examens, ils avaient tout de même encore une valeur parce que d’autres provinces ont été dans la même situation que le Manitoba.

Le syndicat des enseignants accueille favorablement cette décision

Le président de la Manitoba Teachers’ Society (MTS), James Bedford, accueille favorablement cette annonce, étant donné que cette année scolaire a été remplie d'imprévisibilité et que l'incertitude persiste entourant les restrictions qui pourraient affecter les écoles en juin.

Par exemple, si tous les élèves étudiaient à distance, il serait difficile d’organiser les examens, a-t-il déclaré.

Se préparer aux examens provinciaux est une tâche énorme pour les étudiants et les enseignants au cours d'une année normale, a-t-il fait valoir.

Je pense que nous devons reconnaître que les examens créent de l'anxiété chaque année pour les élèves et, franchement, ils génèrent également de l'anxiété pour les enseignants, a-t-il ajouté.

Quand j'enseignais les mathématiques en 12e année, j'étais toujours préoccupé par la façon dont mes élèves allaient réussir cet examen que je n'avais jamais vu auparavant. Donc, cela atténue le niveau d'anxiété pour tout le monde.

Il estime aussi que le fait de ne pas avoir à consacrer autant de temps en classe à préparer les élèves à un examen provincial permet aux enseignants de passer plus de temps à enseigner le programme et à répondre aux besoins individuels des jeunes.

Il y a aussi une histoire d’équité selon lui parce que les étudiants qui terminent un cours en janvier ne passent pas les examens provinciaux.

Cette décision prise pour juin signifie que toute la promotion est traitée équitablement, a-t-il déclaré.

Avec des informations de CBC

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !