•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de vaccination ontarien, de A à Z

Des personnes marchent dans la rue.

Près de 14 millions de personnes vivent en Ontario. L'immunité de groupe sera atteinte dès lors qu'au moins 60 à 70 % de la population sera vaccinée.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Radio-Canada

La campagne de vaccination contre la COVID-19 a commencé il y a un mois en Ontario, avec plusieurs objectifs définis par le gouvernement. Voici ce qui est prévu.

De la réception aux injections

Une illustration nomme plusieurs types de sites de vaccination.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreuses structures sont mises à contribution pour vacciner plusieurs milliers de personnes chaque jour.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

La machine logistique mise en marche depuis le 14 décembre dépend en premier lieu de l’approvisionnement. Ottawa a la responsabilité de commander et de recevoir les doses des laboratoires de Pfizer-BioNTech et de Moderna, puis de les distribuer aux provinces et aux territoires, proportionnellement à leur population respective.

Ensuite, l’Ontario prend le contrôle et dirige l’attribution des vaccins, qui sont administrés dans des sites de vaccination variés. Bien que les zones chaudes (notamment la grande région de Toronto et le Sud-Ouest, où l’activité virale est plus élevée) de la province soient prioritaires depuis le début de la campagne, plusieurs envois ont été effectués dès le début du mois de janvier dans le Nord et certaines communautés isolées.

Des avions du service ambulancier aérien Ornge sont parfois mis à contribution afin de les acheminer rapidement après réception.

Les lieux où la vaccination peut se faire doivent être étendus à de multiples structures au fur et à mesure de l’augmentation de la cadence, encore une fois dépendante des livraisons.

Les différentes structures prévues :

  • Hôpitaux
  • Centres de vaccination spécialisés
  • Centres de vaccination de masse
  • Pharmacies
  • Cliniques
  • Sites de vaccination mobiles
  • Établissements de soins primaires
  • Lieux communautaires

Selon une fiche technique du ministère de la Santé datant du 13 janvier, l’Ontario augmente graduellement sa capacité de vaccination, pour arriver à un premier palier d’environ 36 000 injections quotidiennes d’ici début février.

Cette capacité est près de deux fois plus élevée que le nombre de doses disponibles, afin de pouvoir absorber immédiatement l’augmentation attendue de l’approvisionnement.

Par ailleurs, l’Ontario se dit capable de tripler ou quadrupler notre capacité à vacciner avec un certain préavis.

Vacciner l’ensemble de la population en 3 phases

Le gouvernement de l’Ontario a dessiné trois phases dans sa campagne d’immunisation contre la COVID-19, qui s’effectue de façon volontaire et selon des critères de priorité tout au long du processus.

Les groupes prioritaires sont déterminés comme ceux ayant subi un plus grand désavantage envers la COVID-19 en raison de facteurs biologiques, sociaux, géographiques et professionnels, selon le ministère de la Santé.

Leur immunisation vise à réduire les disparités en matière de maladie et de décès liés à la COVID-19, ainsi que les disparités dans les déterminants de la santé (par exemple, les milieux de vie collectifs) qui sont liés au risque de maladie et de décès liés à la COVID 19.

Phase 1

Une illustration montre que près d'1,5 million de personnes prioritaires devraient être vaccinées d'ici la fin mars.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première phase de vaccination contre la COVID-19 de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

La première étape vise à vacciner près d’un million et demi de personnes déterminées comme étant les plus vulnérables avant la fin du mois de mars.

Il s’agit des résidents et du personnel des foyers de soins de longue durée et des maisons de retraite, des travailleurs de la santé, des adultes autochtones et des bénéficiaires de soins à domicile.

L’ensemble des bénéficiaires et des travailleurs des centres de soins de longue durée doit avoir reçu sa première dose d’ici le 15 février, selon le gouvernement Ford.

Malgré plusieurs hoquets dans le déroulement dus à des défis logistiques et des retards d’approvisionnement, plus de 250 000 doses ont été administrées au 21 janvier.

Phase 2

Une illustration montre que 9,5 millions de personnes devraient être vaccinées du printemps à la fin juillet.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La deuxième phase du plan de vaccination contre la COVID-19 en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

La phase 2 consiste en la vaccination de masse de la population ontarienne, du printemps à la fin juillet.

Elle doit poursuivre la priorisation de certains groupes :

  • Les personnes âgées par tranche d’âge décroissant (les plus de 80 ans, puis les plus de 75 ans, etc.)
  • Les travailleurs essentiels, en commençant par ceux de première ligne, par exemple le personnel enseignant ou celui de l’industrie agroalimentaire
  • Les personnes vivant ou travaillant dans des milieux de vie collectifs, comme les refuges pour sans-abri
  • Les personnes souffrant de maladies chroniques à risque élevé et leurs soignants
  • Les personnes à risque en raison de déterminants socioéconomiques, comme les populations racialisées

La population âgée de 16 à 60 ans fait aussi partie de cette phase, selon la fiche technique du ministère de la Santé.

Phase 3

Une illustration montre que le reste des personnes éligibles devrait être vacciné à partir du mois d'août.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La troisième et dernière phase prévue du plan ontarien de vaccination contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

La troisième et dernière phase doit parachever l’immunisation des Ontariennes et des Ontariens restants. Aucune date de fin de la campagne n'est encore prévue.

Des questions subsistent quant à l'accès à la vaccination de certaines catégories de population, notamment les enfants et les femmes enceintes. Radio-Canada a interrogé le ministère de la Santé à plusieurs reprises sur cet aspect, mais n'a pas reçu de réponse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !