•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford invite les Ontariens à rester chez eux en 22 langues

Doug Ford dans une vidéo sur fond noir dans laquelle des sous-titres apparaissent.

Doug Ford a publié une courte vidéo dans laquelle il répète le même message dans une vingtaine de langues.

Photo : @fordnation/Twitter

Radio-Canada

Doug Ford a publié ce matin une courte vidéo dans laquelle il invite les Ontariens à rester à la maison dans une vingtaine de langues, le français arrivant en premier après l’anglais.

La phrase Stay at home en anglais devient donc Restez à la maison en français, Stare a casa en italien, ou encore Zalyshaysya vdoma en ukrainien.

Durant une cinquantaine de secondes, le premier ministre répète le même message en grec, en mandarin, en punjabi, en coréen, en tagalog, en arabe, ou encore en espagnol.

Réactions mitigées

Certaines réactions à la suite de la publication de cette vidéo ont été positives, d’autres un peu moins.

Des gens ont fait remarquer que quelques langues étaient absentes de la vidéo comme l’hébreu, le yiddish et l’arménien.

D’autres abonnés au compte Twitter du premier ministre de l'Ontario estiment que cette vidéo aurait dû être publiée il y a plusieurs semaines.

Population ontarienne aux origines diversifiées

Selon le plus récent recensement canadien datant de 2016, un Ontarien sur quatre est membre de la population des minorités visibles, dont la vaste majorité réside dans la région du Grand Toronto.

À cette époque, quelque 200 langues avaient été déclarées comme langues maternelles en Ontario. Parmi les langues en plus forte augmentation, on comptait l’arabe, l’hindi, le persan, le bengali, l’ourdou et le tagalog.

La propagation continue

Jeudi, la santé publique de l’Ontario signale 2632 nouvelles infections à la COVID-19, dont 897 à Toronto.

Depuis le jeudi 14 janvier, les Ontariens doivent rester à la maison en tout temps sauf pour des raisons dites essentielles, sous peine de recevoir une contravention.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !