•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Manitoba, les nouvelles règles sanitaires permettent de recevoir deux personnes

Les commerces pourront rouvrir dès samedi mais le code rouge est maintenu.

Le premier ministre Brian Pallister, vu de face, regarde Brent Roussin qui est au premier plan sur la photo, et dont le visage de profil est hors focus.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, et le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Le Manitoba dévoile de nouvelles ordonnances sanitaires qui assouplissent légèrement les restrictions dans toutes les régions sanitaires de la province, sauf le nord. Tous les magasins peuvent rouvrir, et les ménages peuvent désigner deux visiteurs.

C’est un grand jour. Grâce aux Manitobains, nous annonçons des changements dans nos restrictions, déclare le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister. Nous allons être prudents pour nous assurer de continuer à protéger des vies manitobaines.

Les nouvelles mesures permettent, entre autres, de petits rassemblements à l’intérieur et à l’extérieur, ainsi que la réouverture des commerces non essentiels.

Les changements sont réservés aux régions sanitaires de Winnipeg, de Prairie Mountain, d’Entre-les-Lacs et de l’Est et de Santé Sud.

Selon le médecin hygiéniste en chef, Brent Roussin, les bilans de cas élevés dans le nord du Manitoba et plusieurs Premières Nations font que les restrictions doivent y rester en vigueur plus longtemps.

Les restrictions actuelles resteront aussi en vigueur à Churchill, un village situé dans le nord, mais qui fait partie de l’Office régional de la santé de Winnipeg.

Les rassemblements extérieurs et intérieurs dans une propriété privée sont proscrits depuis le 12 novembre et les commerces non essentiels tels que les librairies et les magasins de vêtements sont fermés au public. Les salons de coiffure sont aussi fermés.

Les nouvelles ordonnances sanitaires, en bref

Rassemblements :

  • Permission pour deux personnes désignées, et donc toujours les mêmes, de rendre visite à un autre ménage dans un lieu intérieur
  • Permission des visites de 5 personnes à l’extérieur dans une propriété privée (en plus des membres d’un ménage)
  • Permission de rassemblements de 10 personnes à des funérailles

Commerces :

  • Tous les commerces de détail peuvent rouvrir, mais sont limités à 25 % de leur capacité jusqu’à un maximum de 250 personnes
  • La liste des articles essentiels sera éliminée

Services personnels :

  • Les cabinets de services de santé non régulés, tels que ceux de réflexologues, peuvent rouvrir en respectant les mesures sanitaires telles que la distanciation physique et devront tenir à jour un carnet d’information pour le traçage éventuel de contacts.
  • Les barbiers et les salons de coiffure peuvent rouvrir en respectant les mesures sanitaires telles que la distanciation physique, en n'acceptant que 25 % de leur capacité habituelle et en tenant à jour un carnet d’information pour le traçage éventuel de contacts.

Le code rouge maintenu

Le Dr Roussin souligne que le Manitoba entier restera en code rouge dans le système d’intervention en cas de pandémie de la province, malgré le léger assouplissement des restrictions.

Le texte des nouvelles ordonnances sanitaires n’a pas encore été publié. Elles entreront en vigueur à 0 h 01 samedi et seront en vigueur pendant trois semaines, soit jusqu’au 12 février.

À ce moment-là, en regardant des indicateurs tels que le nombre d’hospitalisations, le nombre brut de nouveaux cas et le taux de positivité des tests de dépistage, la province décidera s’il est envisageable de lever davantage de restrictions.

Le premier ministre se montre optimiste. Contrairement à presque tous les territoires d’Amérique du Nord, les Manitobains ont aplati la courbe, affirme-t-il, en rappelant que la province doit avancer prudemment pour éviter une alternance de réouvertures et de fermetures, ce qu’il appelle l’effet yoyo.

Désigner ses deux visiteurs

Mardi, la province avait publié une ébauche des assouplissements possibles. Le seul changement entre cette ébauche et les mesures confirmées jeudi est le fait que les ménages doivent désigner leurs deux visiteurs.

Seules deux personnes désignées peuvent entrer dans une résidence. Donc, pas deux nouvelles personnes tous les jours, résume Brent Roussin.

Le premier ministre reconnaît que la province n’a pas les moyens d’assurer le respect de cette règle.

Je vous le demande sur votre honneur. Nous n’avons pas assez d’agents chargés de l'application [des ordonnances sanitaires] pour rendre visite à tous les ménages, déclare Brian Pallister.

Le Dr Roussin a montré qu'il sympathisait avec les entreprises qui n’ont pas l’autorisation de rouvrir, tels que les restaurants ou les salons de tatouage.

Ce n’est pas une punition. Nous savons que vous avez fait beaucoup de travail pour maintenir des commerces sécuritaires. Cependant, si nous retournons aux restrictions qui étaient en vigueur en octobre, nous nous retrouverions dans une très mauvaise trajectoire, a-t-il expliqué.

Le Manitoba a effectué un sondage sur les assouplissements proposés entre mardi et jeudi, et environ 35 000 personnes se sont exprimées. Entre deux tiers et trois quarts des répondants étaient en faveur de toutes les nouvelles règles proposées par la province.

Le bon moment pour un déconfinement raisonnable, dit un expert

Le médecin et microbiologiste à l’Hôpital Saint-Boniface, Philippe Lagacé-Wiens, est rassuré par l’annonce des autorités sanitaires jeudi.

Moi, j'avais vraiment peur que les gens commencent à ouvrir ça à deux personnes chaque jour. Ça aurait pu augmenter très rapidement. Alors je suis bien content qu’il y ait eu cette distinction, affirme-t-il.

En général, le médecin reconnaît que c’est le moment de commencer un déconfinement raisonnable. Il garde cependant des doutes quant à la limite d’occupation des grandes surfaces. Elle est de 25 % de leur capacité, jusqu’à un maximum de 250 personnes.

C’est quand même très, très grand ça, lance-t-il. M. Lagacé-Wiens affirme qu’un endroit qui rassemble autant de personnes créera sans doute plus d’interactions entre les clients, et note qu’il y est plus difficile d’assurer le respect des directives de distanciation sociale dans un lieu aussi grand.

Par ailleurs, il recommande aux personnes de continuer à limiter leurs sorties et leurs interactions. Je demanderai aux Manitobains qui veulent [sortir] de le faire seulement si c’est essentiel. Ce n’est pas parce que c’est permis que c’est une bonne idée, affirme-t-il.

On essaie d’équilibrer les besoins des commerces, de l’économie, de la santé mentale avec la santé publique. C’est très difficile. S’il n’y a pas besoin de sortir, on devrait quand même ne pas le faire, conclut Philippe Lagacé-Wiens.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !