•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus grand dinosaure jamais découvert?

Des paléontologues prennent la pose avec les ossements fossilisés du « Patagotitan mayorum ».

Des paléontologues prennent la pose avec les ossements fossilisés du « Patagotitan mayorum ».

Photo : CTyS-UNLaM

Agence France-Presse

Le squelette n'est pas complet, mais les premiers éléments analysés laissent présager que les restes fossiles découverts en 2012 dans le sud-ouest de l'Argentine sont ceux du plus grand dinosaure jamais mis au jour, selon une étude publiée mercredi.

On a trouvé jusqu'à présent les 24 premières vertèbres de la queue, des éléments de la ceinture pelvienne, de la ceinture pectorale, a déclaré Alejandro Otero, auteur principal de la première communication sur ce titanosaure, membre d'un groupe de dinosaures au long cou dont on trouvait des représentants sur tous les continents. Le texte a été publié dans la revue scientifique Cretaceous Research.

Illustration montrant un humain et un « Patagotitan mayorum ».

Illustration montrant un humain et un « Patagotitan mayorum »

Photo : Cretaceus study

M. Otero a cependant expliqué que les os longs, comme l'humérus ou le fémur, qui sont traditionnellement utilisés pour faire des estimations précises de la masse corporelle, n'avaient pas encore été extraits de la roche dont ils sont prisonniers.

Selon les premières analyses, les os de ce sauropode géant de 98 millions d'années, datant du Crétacé supérieur, seraient de 10 à 20 % plus grands que ceux du Patagotitan mayorum, le titan de Patagonie, le plus grand dinosaure connu à ce jour, a expliqué le chercheur à la Division de paléontologie des vertébrés du Musée de La Plata (sud), dans un rapport publié par l'Université nationale de La Matanza.

Découvert en 2017, également en Argentine, le Patagotitan mayorum pesait environ 70 tonnes, soit 10 éléphants d'Afrique, mesurait quelque 40 mètres et avait un cou très long.

L'analyse anatomique effectuée ne permet pas encore de considérer le dinosaure trouvé en 2012 comme une nouvelle espèce, indiquent les chercheurs dans le rapport, mais la disparité morphologique et l'absence d'éléments équivalents par rapport aux fossiles contemporains nous empêchent d'attribuer les ossements à des genres déjà connus, soulignent-ils.

Le spécimen a été localisé presque par hasard en 2012 au milieu de la vallée de la rivière Neuquén, le plus important cours d'eau de la Patagonie argentine, mais les travaux d'excavation n'ont commencé qu'en 2015.

C'est un beau spécimen, car il est pratiquement articulé; nous avons plus de la moitié de la queue et beaucoup d'os de la hanche. Il est toutefois majoritairement enfoui dans la roche, et nous en avons encore pour quelques années de fouilles, a déclaré José Luis Carballido, chercheur qui avait dirigé les études sur le Patagotitan.

Nous soupçonnons que le spécimen complet ou presque complet pourra être extrait. Tout dépendra de la façon dont les fouilles se poursuivront. Mais qu'il soit le plus grand ou non, le fait qu'un dinosaure articulé apparaisse, un dinosaure de ces dimensions, est quelque chose d'extraordinaire, se réjouit Alberto Garrido, directeur du Musée des sciences naturelles de Zapala, dans la province de Neuquén.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !