•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver sommée de fournir des toilettes publiques aux sans-abri

Un homme pousse un chariot d'épicerie devant un café JJ Bean à Vancouver.

À Vancouver, la crise de l'itinérance empire, et les cafés servent souvent de centres d'accueil aux personnes qui tentent de rester au chaud et au sec.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Des restaurateurs dont les établissements servent souvent de centres d'accueil aux sans-abri demandent à la Ville de Vancouver d'installer des toilettes publiques.

Julian Bentley travaille au café JJ Bean depuis 10 ans et en gère maintenant deux établissements. Il dit avoir été victime de violences verbales et d'agression. Cette semaine, quelqu’un a lancé une bûche en feu sur la devanture d'un des cafés.

Le pire est survenu lorsqu’une personne s'est enlevé la vie dans les toilettes de son commerce.

Les employés de ces entreprises sont souvent jeunes, souligne-t-il. C'est injuste pour quelqu'un qui a 18 ans et qui reçoit 14 $ de l'heure de devoir manipuler des seringues souillées et de faire face à des agressions. Ce n'est pas bon pour sa santé mentale.

À Vancouver, la crise de l'itinérance est exacerbée, et les cafés servent souvent de centres d'accueil aux personnes qui tentent de rester au chaud et au sec.

En 2018, le public a été choqué lorsqu’un sans-abri de 74 ans est mort attablé dans un restaurant Tim Hortons de la rue Broadway, sans que personne ne s'en aperçoive pendant des heures.

La pandémie et l'augmentation de la toxicité des drogues illicites ont aggravé le problème, reconnaît la Ville de Vancouver, qui remercie les entreprises qui ont maintenu l'accès à leurs toilettes.

La fermeture des installations publiques pendant la pandémie a fait en sorte que de nombreuses personnes n’ont plus accès aux toilettes en toute sécurité, lit-on dans un communiqué.

Nous nous engageons à augmenter l'accès aux toilettes et sommes en train de finaliser les détails de nouvelles initiatives qui touchent cette question, note la Ville, ajoutant que la priorité est accordée au quartier Downtown Eastside et au parc Strathcona, où vivent de nombreuses personnes sans domicile fixe.

Le fondateur des cafés JJ Bean, John Neate.

Le fondateur des cafés JJ Bean, John Neate, se dit préoccupé pour la sécurité de son personnel.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Le propriétaire de JJ Bean, qui compte 21 établissements, John Neate, est inquiet pour son personnel. En plus d'exhorter la Ville à fournir des toilettes publiques aux sans-abri, il réclame une ligne téléphonique que les employés pourront utiliser en cas de situation grave.

Lorsque nous téléphonons à la police pour de tels problèmes, nos appels sont considérés comme non urgents, déplore-t-il.

Avec les informations de Michelle Ghoussoub

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !