•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier vol réussi pour le retour du 737 MAX

Un avion de la compagnie WestJet décolle.

Le premier vol commercial du Boeing 737 MAX au Canada depuis que l'aéronef a été autorisé à voler de nouveau dans l'espace aérien canadien décolle à Calgary, en Alberta, le jeudi 21 janvier 2021.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Le Boeing 737 MAX a repris du service sans incident majeur au Canada après que Transports Canada eut levé, mercredi, l'interdiction de vol de ces appareils imposée en 2019.

Le vol de WestJet, qui transportait 71 passagers, a eu lieu jeudi matin entre Calgary et Vancouver.

Le retour de l’appareil est un jalon opérationnel après 22 mois d’examen intense et d’importantes leçons, s’est félicité le président-directeur général de WestJet, Ed Sims.

Transports Canada avait suspendu la permission de vol de ce modèle d'avion en 2019 après deux écrasements meurtriers à quelques semaines d'intervalle ailleurs dans le monde.

Les autorités canadiennes ont rétabli l'autorisation après avoir approuvé des changements techniques sur les avions et imposé une formation supplémentaire aux pilotes qui seront aux commandes.

Des changements insuffisants?

L’équipage de ce premier vol n’avait que de bons mots pour l’appareil lors de la conférence de presse organisée par le transporteur.

Cela a été un vol tout en douceur, à l’heure et, somme toute, banal, a indiqué Scott Wilson, pilote mais aussi vice-président des opérations de l’entreprise.

M. Wilson a expliqué les changements effectués dans le logiciel, qui permettent maintenant au pilote de rester en contrôle de l’appareil en tout temps.

Le logiciel MCAS, qui abaisse automatiquement le nez de l'appareil dans certaines circonstances, a été mis en cause dans les deux accidents.

Gros plan du nez de l'appareil.

Le Boeing 737 MAX est arrivé à Vancouver à l'heure pour son premier vol depuis sa suspension des airs.

Photo : Radio-Canada

Il reste cependant un problème de conception de base qui n’est pas réglé, selon le directeur de l’observatoire de l’aéronautique et de l’aviation civile de l’UQAM, Mehran Ebrahimi. 

Les pilotes doivent être très vigilants par rapport au comportement de cet avion-là et au moment où ce logiciel se met en marche. N’oublions pas que ce logiciel était là pour essayer de baisser le nez de l’avion. À cause du poids des moteurs, le nez de l’avion peut aller vers le haut. Ce cas-là peut arriver, explique-t-il.  

Le professeur en gestion des transports à HEC Montréal Jacques Roy est, lui, beaucoup plus rassurant.

Je pense qu’il faut faire confiance à l’industrie qui a une réputation pour éviter tous les accidents. C’est une question de temps et d’expérience qui va faire en sorte que les gens vont reprendre confiance, a-t-il indiqué. 

Passagers peu inquiets

Des passagers au départ de la métropole albertaine étaient peu inquiets d’être les premiers à utiliser l’appareil depuis sa suspension de vol. 

Trois des quatre passagers interrogés ont expliqué qu'ils avaient reçu un courriel de la part de WestJet pour les informer. 

C’est intéressant d’être la première [dans l’appareil], mais je ne suis pas trop inquiète , a expliqué Chloe Marshall. Ils ont un protocole en place et savent ce qu’ils font. Donc, je fais confiance au processus. 

Le PDG de WestJet et d'autres membres de la direction posent dans l'appareil 737 MAX.

La direction de WestJet et des membres des syndicats ont pris ce premier vol pour rassurer les passagers sur la sécurité de l'appareil.

Photo : WestJet

Un autre passager, Lowell Van Zuiden, a souligné que l'avion avait fait l'objet de presque deux ans d’examen par les autorités canadiennes. 

J’imagine qu’elles ont examiné toutes les certifications possibles et imaginables. Donc, je ne suis pas du tout inquiet, a-t-il dit.

D’autres vols à venir

La compagnie prévoit utiliser ces appareils pour ses vols entre Calgary et Toronto, qui ont lieu trois fois par semaine. Aujourd’hui est une étape vers un jour où nous pourrons utiliser les 13 appareils pour transporter les Canadiens dans tout le pays, a dit le PDG de WestJet. 

Le transporteur assouplit cependant ses politiques d’annulation pour les voyageurs censés voyager dans un Boeing 737 MAX jusqu’au 28 février. 

Le transporteur Air Canada s'apprête lui aussi à reprendre l'exploitation de ses Boeing 737 MAX, mais la compagnie offre aux passagers devant voyager à bord de ces appareils de changer de vol s'ils le désirent, sans frais.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !