•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu d’Américains qui voulaient immigrer au Canada après l’élection de Trump sont venus

Une affiche à la frontière entre les États-Unis et le Canada

Plusieurs Américains se sont dégonflés après avoir pris connaissance des protocoles d'immigration.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après l’élection de Donald Trump en 2016, les demandes d’informations pour immigrer au Canada ont monté en flèche. Mais très peu d’Américains sont réellement venus et ceux qui l’ont fait, ont fait face aux règles strictes du système d’immigration canadien.

Heather Vargas est l’une des rares qui ont effectivement déménagé au Canada. Elle a fait une demande d’immigration après l’inauguration de Donald Trump et s’est installée à Halifax.

Heather Vargas.

Heather Vargas a vécu un an et demi à Halifax avant de retourner en Arkansas.

Photo :  CBC

Elle est retournée chez elle en Arkansas après un an et demi.

Les États-Unis, c’est chez moi. Oui, mon pays est une poubelle en feu en ce moment, mais c’est ma poubelle en feu et j’aime ça, affirme-t-elle.

Une campagne de promotion inusitée

L’animateur de radio Rob Calabrese a débuté une campagne de promotion incitant les Américains à s’installer au Cap-Breton si Trump gagnait. Il dit avoir reçu des centaines de demandes d’information, mais seulement une poignée de gens ont réellement entamé les démarches d’immigration.

Rob Calabrese.

Rob Calabrese a lancé en 2016 le site web « Cape Breton if Trump Wins ».

Photo :  CBC

Il pense que même ceux qui avaient un bon profil d’immigration, ont fait face à un choc culturel.

De plus, les obstacles sont nombreux pour traverser le système d’immigration puisque les candidats doivent être admissibles à l’un des différents programmes disponibles, selon David Nurse, un avocat spécialisé en immigration.

Beaucoup de gens exploraient les possibilités, j’imagine, constate-t-il, en ajoutant que le processus en a découragé plusieurs.

Heather Vargas de son côté ne regrette pas son aventure canadienne.

C’était une expérience incroyable. Je suis reconnaissante.

Heather Vargas, citoyenne américaine

Mais elle ajoute qu’elle ne quittera plus sa mère patrie et qu’elle désire contribuer à améliorer son pays à l’avenir.

Avec les informations de Cassidy Chisholm de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !