•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux nouveaux refuges pour les sans-abri à Montréal

Un mendiant assis sur un trottoir.

L'itinérance a doublé à Montréal depuis le début de la pandémie passant de 3000 à 6000 itinérants.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le Centre Pierre-Charbonneau, à Montréal, pourra accueillir 112 personnes en situation d’itinérance, hommes et femmes. Il ouvrira progressivement ses portes ce vendredi, à compter de 16 h, et sera ouvert sept jours sur sept, 24 heures sur 24.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant ainsi que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, en ont fait l’annonce mercredi.

Les refuges et les haltes-chaleur sont pratiquement tous pleins alors que les besoins en matière d’hébergement sont toujours plus grands, a déclaré Valérie Plante. Nous sommes heureux d’avoir mis en place ce nouveau site en un temps record, grâce à l’effort concerté de l’ensemble des partenaires.

Les partenaires mèneront des actions aux alentours du Centre afin de favoriser une bonne cohabitation sociale avec les résidents du secteur. Une équipe d’agents d’accueil sera notamment postée à l’extérieur du Centre.

Les 112 nouvelles places seront disponibles dès lundi prochain, mais l’ouverture débutera progressivement ce vendredi, avec 40 places. Le Centre Pierre-Charbonneau est situé sur la rue Viau, dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le ministre québécois des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a quant à lui promis qu’un refuge chauffé serait installé vendredi au square Cabot, au centre-ville de Montréal, notamment fréquenté par des membres de communautés autochtones en situation d’itinérance.

Ces annonces font suite à la mort de Raphaël André lundi dernier, un homme de 51 ans en situation d’itinérance, originaire d'une communauté innue de la Côte-Nord, qui s’était réfugié dans une toilette chimique, craignant d'être intercepté par les policiers après 20 h, et du refus du gouvernement du Québec d’exempter les sans-abri du couvre-feu.

Les critiques à l’égard de cette décision de François Legault sont nombreuses depuis deux jours. Elles proviennent autant de l’opposition que du gouvernement fédéral et de la Ville de Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !