•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents de retour de congé parental bloqués pour toucher l’assurance-emploi

Une main de femme tient les doigts d'un bébé.

Plusieurs Québécoises ont connu des embûches pour toucher l'assurance-emploi en raison de prestations liées à un congé parental.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une mère de famille a vécu des mois d'automne angoissants sans revenu. Laurence Lévesque voyait son dossier d’assurance-emploi bloqué parce qu'elle avait reçu des prestations du Régime québécois d'assurance parentale (RQAP). Des dizaines de parents en Mauricie et au Centre-du-Québec se trouvent dans la même situation.

Un texte de Catherine Bouchard

Laurence Lévesque a perdu son emploi en restauration en octobre, avec le nouveau confinement. La femme de Sorel-Tracy a alors fait une demande pour recevoir du chômage. Après plusieurs semaines d'attente, son dossier ne semblait pas cheminer, alors que ses collègues avaient rapidement reçu leurs prestations.

Après plusieurs appels et rappels, il y a un employé à l’assurance-emploi qui a eu un déclic et qui a réalisé que mon problème était probablement que j'avais reçu [de l’argent du] RQAP , raconte Mme Lévesque.

Laurence Lévesque en entrevue chez elle.

Laurence Lévesque a dû faire de nombreuses démarches pour finalement toucher l'assurance-emploi à laquelle elle avait droit.

Photo : Radio-Canada

La mère de famille a reçu des prestations du RQAP pour son congé de maternité, qui s'est terminé en novembre 2019. Elle a pourtant travaillé le nombre d'heures requis pour avoir droit à l'assurance-emploi depuis son retour au travail.

Avec des enfants de 2 et 3 ans et un seul salaire, le stress financier pesait sur Laurence Lévesque.

On peut vivre sur la carte de crédit, mais pendant qu'on ne reçoit pas de sous, qui paie les intérêts? C'est nous! J'ai réussi à vivre sur mes économies, mais en ne sachant pas quand ça allait se régler vraiment. Je ne cacherai pas que les nerfs ont commencé à embarquer , raconte-t-elle.

Ses déboires surviennent juste après que son conjoint ait été victime de fraude. Un usurpateur a demandé la Prestation canadienne d'urgence (PCU) en son nom, alors qu’il n’en avait lui-même jamais fait la demande.

C'est assez particulier de vivre sous le même toit que quelqu'un qui s'est fait frauder de 10 000 $ alors que moi, j'ai de la misère à avoir quelques centaines de dollars qui me sont dus, se désole Laurence Lévesque.

Après de longues heures au téléphone et des semaines d’attente, elle a décidé d’appeler son député, Louis Plamondon. Elle a finalement reçu ses prestations le 23 décembre, après deux mois et demi d'attente.

Une situation qui n’est pas unique

Laurence Lévesque est loin d'être la seule dans sa situation. Avec la pandémie, plusieurs parents québécois n'avaient plus de travail lorsque leur congé parental s'est terminé.

Le programme d’assurance-emploi prend en considération le nombre d'heures travaillées dans la dernière année et c'est là que le bât blesse. La situation est unique au Québec, car c'est la seule province avec une assurance parentale d'un an.

Le chômage nous disait : ''on attend des directives d'Ottawa. Vous êtes hors normes, car c'est unique au Québec. '' Ça prenait une décision spéciale. Finalement, ça s'est réglé, mais j'ai encore un cas qui ne débloque pas, mentionne le député de Bécancour—Nicolet—Saurel, Louis Plamondon.

Le cabinet de la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d'œuvre et du Travail, Carla Qualtrough, souligne que les travailleurs ne répondant pas aux critères pour l'assurance-emploi peuvent avoir droit à la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE).

Pour les enjeux de l’assurance-emploi et de la RQAP après pandémie, Ottawa souligne qu’il est trop tôt pour se pencher sur l’après-pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !