•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau protecteur de l’élève pour l’Abitibi-Témiscamingue et la Baie-James

Un enseignant est assis sur son bureau et montre des choses au tableau. Des élèves sont assis en classe et écoutent.

Les élèves et leur parents peuvent avoir recours au protecteur de l'élève. (archives)

Photo : iStock / skynesher

Les six centres de services scolaires de l’Abitibi-Témiscamingue et de la Baie-James nomment René Forgues à titre de protecteur de l’élève.

Selon la Loi sur l’instruction publique, chaque Centre de service scolaire doit avoir une personne en place pour jouer ce rôle.

Évidemment, l’objectif est toujours la réussite de l’élève et de trouver des solutions avant de se rendre au protecteur, mais si on a besoin de se rendre, ça prend quelqu’un de compétent qui peut faire le travail et qui est impartial à travers le processus, soutient la secrétaire générale du Centre de services scolaire Harricana, Johanne Godbout.

Son rôle sera d’intervenir à la demande des élèves ou des parents si ceux-ci sont insatisfaits de l’examen d’une plainte auprès de leur direction d’école.

Une photo officielle de René Forgues

René Forgues a été nommé à titre de protecteur de l'élève en Abitibi-Témiscamingue

Photo : Commission scolaire Harricana

Il peut aussi jouer le rôle de médiateur si un différend survient entre une direction d’école et un parent, par exemple.

René Forgues ne disposera pas d’un pouvoir décisionnel dans son mandat.

Il peut cependant émettre des recommandations auprès des conseils d’administration.

J’ai déjà été directeur d’un service de réadaptation pour jeunes en difficulté et vous comprendrez que ces jeunes sont placés non pas de façon volontaire. À l’occasion, je recevais des plaintes contre les éducateurs et j’ai eu à gérer ce genre de situation. Ma priorité est de savoir de quoi se plaint le jeune et de veiller à ce que l’analyse soit bien faite, mentionne-t-il.

L’an dernier, une dizaine de plaintes ont abouti sur le bureau du protecteur de l’élève.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !