•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'intérêt pour le ski de fond explose en Estrie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des skis de fond posés sur un support au Club Mouski, à Sainte-Blandine.

Les sports hivernaux, dont le ski de fond, sont populaires cette année.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

Les récentes chutes de neige ont incité de nombreux citoyens à se mettre à la pratique du ski de fond. L’engouement est tel que plusieurs boutiques peinent à répondre à la demande.

À Sherbrooke, le magasin Atmosphère est l’un des rares au Québec à jouir encore d’un grand inventaire de skis de fond. 

On expédie des skis de fond à la grandeur de la province [..] On a un engouement qui nous dépasse un petit peu, lance Mathieu Péloquin, directeur du magasin. Le magasin spécialisé en plein air est d'ailleurs convaincu qu’il manquera d’équipement de ski de fond avant la fin du mois.

La folie se fait sentir en magasin depuis le début de l’automne. Mathieu Péloquin croit que l’aspect familial du sport ainsi que son accessibilité expliquent cet intérêt.  

Cet enthousiasme se fait aussi ressentir à la base de plein air André-Nadeau. Noémie Charron, la codirectrice de Carbure Aventure, qui gère la base de plein air, constate que les nouveaux amateurs sont nombreux à emprunter les sentiers gratuits du site. 

La base de plein air doit tout de même concilier avec les défis de l’important achalandage qu’elle connaît. Il manque parfois de places dans le stationnement et d’équipement pour la location. Le site web permettant de faire des réservations en ligne a aussi connu quelques ratés. 

Noémie Charron espère tout de même que cet intérêt va perdurer au-delà de la pandémie.

Notre objectif c’est que les gens fassent de plus en plus de sports extérieurs. On souhaite que ce soit un beau départ pour les sports de plein air.

Noémie Charron, codirectrice Carbure Aventure

Même son de cloche du côté du club de ski de fond du mont Orford. Le vice-président du club, Jean Pinard, se réjouit de voir petits et grands s’élancer dans les divers sentiers de la région. 

Il constate aussi que d’anciens adeptes ont chaussé à nouveau leurs skis. On voit des gens qui portent des skis qui sont très, très vieux, avec de nouvelles fixations, de nouvelles bottes. Ça, ça fait vraiment plaisir à voir, s'enthousiasme Jean Pinard.

Selon lui, la popularité du ski de fond est aussi attribuable à la facilité de pratiquer le sport en respectant les mesures sanitaires en place. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !