•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tiers des résidents de RPA vaccinés en Abitibi-Témiscamingue

L'entrée principale des installations en hiver.

Les Jardins du patrimoine offrent des résidences pour les personnes âgées.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

La campagne de vaccination destinée aux résidents des résidences privées pour aînés (RPA) progresse dans la région, alors que 34 % des résidents de ces établissements ont jusqu’à maintenant reçu une première dose du vaccin. Comme le vaccin de Pfizer est pour l’instant administré au CHSLD Pie-XII, la très grande majorité des résidents vaccinés sont des citoyens de Rouyn-Noranda.

À la résidence Les Jardins du Patrimoine de Rouyn-Noranda, la directrice générale, Joanne Malo, indique que la vaccination s’est terminée le 13 janvier dernier et que les résidents ont adhéré en grand nombre à la campagne.

On a commencé la vaccination le 5 janvier, autant les résidents que les employés. La majorité des gens, 98 % des résidents, ont été vaccinés. J’ai juste quelques personnes sur 315 résidents qui ont fait le choix de ne pas recevoir le vaccin, pour certaines raisons de santé ou des raisons personnelles, indique Mme Malo.

Du côté de l’Édifice Le Bel Âge, le directeur général, Michaël Mandeville, soutient que 95 % des 185 résidents ont été vaccinés. Tous les gens qui souhaitaient se faire vacciner l’ont été, soutient-il.

À la résidence Bleu Horizon de Rouyn-Noranda, la vice-présidente Affaires publiques et communications corporatives chez Groupe Sélection, Mylène Dupéré, précise que la campagne de vaccination est toujours en cours. Elle ajoute que les gens qui souhaitent recevoir le vaccin doivent prendre rendez-vous en ligne.

Un immeuble contenant plusieurs logements.

La résidence pour aînés Bleu Horizon de Rouyn-Noranda (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Les responsables de résidences pour personnes âgées situées à l’extérieur de Rouyn-Noranda sont pour leur part en attente de consignes de la Santé publique afin de connaître le fonctionnement de la campagne de vaccination dans leurs établissements.

La logistique des transports

Étant donné que les résidents des RPA n’ont pas tous accès à un véhicule pour se déplacer, des moyens ont été mis en place afin d’assurer le transport de tous ceux qui souhaitaient recevoir le vaccin vers le CHSLD Pie-XII. Le plus souvent, ce sont des proches aidants ou membres de la famille qui ont rendu le service, mais dans certains cas, les résidences ont dû faire appel à des taxis.

La directrice de la santé publique régionale, la Dre Lise Landry, s’est montrée surprise de ce fait, indiquant qu’à sa connaissance, ce sont des personnes autonomes qui sont venues se faire vacciner à Pie-XII. Les responsables de résidences pour aînés assurent toutefois que tous les déplacements ont été effectués en respectant les mesures sanitaires en place. C’est le cas du directeur général de l’Édifice Le Bel Âge.

C’est comme la loi le prévoit, les gens peuvent encore aller à certains rendez-vous, alors ils utilisent déjà le taxi, ils s'assoient en arrière, souvent les taxis ont des plexiglas, mais les gens doivent porter le masque et s’asseoir en arrière du véhicule, soutient M. Mandeville.

Du côté des Jardins du Patrimoine, Joanne Malo soutient que seule une minorité de résidents a dû avoir recours aux services d’un taxi afin de recevoir le vaccin.

Je n’en ai pas eu beaucoup qui ont pris des taxis, je dirais même pas une dizaine, la plupart c’était avec des personnes de leur entourage. Il y en a eu juste quelques-uns qu’il n’y avait personne pour les déplacer, parce que c’était trop tard le soir ou trop tôt le matin, où on a dû trouver d’autres solutions pour eux, mais la majorité, c’était avec des proches de leur famille, atteste Mme Malo.

Des résidents privilégiés

Pour Mylène Dupéré, du Groupe Sélection, les résidents de RPA vivant à Rouyn-Noranda sont privilégiés d’avoir pu recevoir le vaccin dès les premiers jours de janvier, dans un contexte où le reste de la population d’âge similaire au Québec devra patienter encore quelques jours ou semaines.

Pour la majorité des personnes dans les résidences pour personnes retraitées au Québec, le vaccin va commencer le 25 janvier. C’est un net avantage comparativement à ceux qui n’habitent pas en résidence pour retraités.

La façade du CHSLD Pie-XII.

La vaccination contre la COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue se fait au CHSLD Pie-XII pour les résidents des RPA. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mathieu Ouellette

Par exemple, pour les 70 à 79 ans, selon le plan du gouvernement, la vaccination devrait commencer à la mi-mars, et pour les 80 ans et plus, à la mi-février. Mais là si on est en Abitibi et que ça commence un 5 janvier, c’est encore plus avantageux. Les gens de l’Abitibi-Témiscamingue sont donc vraiment choyés, considère Mme Dupéré.

Concernant de possibles effets secondaires liés au vaccin, Joanne Malo affirme que seuls quelques effets mineurs ont été rapportés par les résidents.

Ça a bien été, les gens étaient contents. Je sais qu’au niveau des symptômes et tout ça, ça s’est bien passé. La plupart nous ont dit que c’était des effets qui étaient mineurs, il n’y avait pas beaucoup de douleurs, pas beaucoup d’effets secondaires non plus. Sur les 400 personnes qui ont été vaccinées, autant les employés que les résidents, on n’a eu personne qui a eu des symptômes importants, déclare Mme Malo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !