•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derek Sloan est expulsé du caucus conservateur

Derek Sloan en débat.

Le député Derek Sloan.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Les députés du Parti conservateur du Canada ont décidé d’expulser le député Derek Sloan de leur caucus. Il était au cœur d'une controverse après avoir reçu un don d'un suprémaciste blanc connu.

Les 121 députés conservateurs ont voté mercredi matin sur une motion d'exclusion, qui était réclamée par le chef du parti, Erin O'Toole. Les résultats du vote sont tenus secrets.

Erin O’Toole avait annoncé son intention d’expulser M. Sloan lundi soir, après qu’un média eut dévoilé que le député de la circonscription ontarienne d'Hastings–Lennox and Addington avait reçu un don de 131 $ de la part de Paul Fromm, un suprémaciste blanc, alors qu’il était candidat à la course à la direction du Parti conservateur.

Après l’annonce de son expulsion, Derek Sloan s’est dépêché de s’adresser à ses partisans dans une lettre, dans laquelle il dit vouloir continuer à défendre les vraies valeurs conservatrices et les incite à participer au congrès du parti en mars pour adopter des résolutions qui reflètent vos valeurs.

Quant au chef du parti, il a précisé que le député Sloan avait été expulsé à cause d’un comportement destructeur et d’un manque de respect envers l’équipe conservatrice, une attitude qui empêche de faire croître le parti, selon lui.

Plusieurs controverses à son actif

Paul Fromm est lié aux négationnistes de l'Holocauste et à d'autres groupes nationalistes blancs depuis des années. Il est aussi membre du Parti conservateur.

Derek Sloan, qui a provoqué plusieurs polémiques depuis qu’il a été élu député en 2019, affirme cependant qu’il ignorait l’existence de l’argent qui lui avait été versé par Paul Fromm, prétextant que l’attention de son équipe n’avait pas été particulièrement été attirée par ce don, à travers 13 000 autres reçus totalisant 1,3 million de dollars.

Erin O'Toole parle debout dans un micro l'air sérieux.

Le chef conservateur Erin O'Toole estime que le racisme est une maladie de l'âme.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dès le début de la controverse, Erin O’Toole a dit considérer que le fait d’accepter ce don était pire qu’une erreur de jugement. Dans un communiqué, il avait affirmé que le racisme est une maladie de l'âme, inconciliable avec les valeurs canadiennes et conservatrices.

Il faut dire que Derek Sloan s’est déjà fait accuser de racisme par le passé, après avoir mis en doute la loyauté de l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, née à Hong Kong.

Il a aussi suggéré que le fait d'appartenir à la communauté LGBTQ n'était pas une question qui relève de la science.

De plus, il a comparé à la maltraitance d'enfants le fait d’interdire la thérapie de conversion, qui cherche notamment à forcer une personne homosexuelle à devenir hétérosexuelle.

Naviguer entre conservateurs et très conservateurs

Erin O'Toole a remporté la course à la direction grâce en partie aux partisans de Derek Sloan, qu'il avait courtisés.

M. O’Toole n’avait pas taxé Derek Sloan de raciste en avril dernier pendant la course à la direction du parti, lorsque ce dernier avait fait ses commentaires désobligeants envers Theresa Tam.

Au contraire, même si certains députés conservateurs avaient alors suggéré son expulsion du caucus, M. O’Toole avait rejeté cette idée et avait même acheté des publicités sur les réseaux sociaux pour vanter sa position.

L’aile la plus à droite du Parti conservateur sur les questions sociales, dont Derek Sloan se faisait le porte-parole, pourrait maintenant donner du fil à retordre à son chef.

Cette faction tente déjà de s’assurer qu'elle aura suffisamment de délégués pour faire passer, par le biais de motions politiques, plusieurs de ses positions lors du congrès du parti qui aura lieu en mars prochain.

Ces efforts ont été attisés par Derek Sloan, qui a invité les membres conservateurs à s'inscrire en tant que délégués, ce qui, selon des membres du caucus, équivalait à défier Erin O'Toole.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !