•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey féminin : le Toronto Six vivra son baptême de feu à Lake Placid

Emma Woods, Shiann Darkangelo et Emma Greco posent lors d'une séance d'entraînement du Six de Toronto.

Le Six de Toronto a fait de Shiann Darkangelo (centre) la première capitaine de son histoire. Emma Woods (gauche) et Emma Greco (droite) seront ses adjointes.

Photo : Twitter/TheTorontoSix

Isolées dans leurs chambres d'un hôtel de Lake Placid, dans l'État de New York, les joueuses du Toronto Six, la nouvelle équipe de hockey professionnel de la Ville Reine, comptent les heures avec fébrilité et impatience. Elles feront leurs débuts samedi, en lever de rideau du tournoi de la coupe Isobel.

Les représentantes de la nouvelle équipe de la Ligue nationale de hockey féminin (NWHL) attendent ce premier match officiel depuis plusieurs mois.

La formation a vu le jour en avril 2020, au début de la pandémie, sans savoir quand elle allait pouvoir jouer. La NWHL a finalement confirmé ses plans en novembre dernier, annonçant la tenue d'une saison écourtée et de séries éliminatoires sur le site du « Miracle sur Glace », le match de demi-finale qui a marqué le tournoi de hockey sur glace des Jeux olympiques de 1980.

Nous sommes prêtes, mais nous sommes surtout contentes de pouvoir enfin jouer des matchs. Je pense que c'est ce qu'il y a de plus réjouissant. Oui, le site est excitant. Oui, le format du tournoi est excitant, mais nos joueuses sont surtout contentes de retrouver la glace, a fait savoir l'entraîneuse-chef du Toronto Six, Margaret Digit Murphy au téléphone.

En tant que femme qui œuvre dans ce milieu depuis longtemps, j'y vois une chance en or et l'occasion d'écrire notre Miracle 2.0... avec une victoire de Toronto.

Margaret « Digit » Murphy

L'entraîneuse reconnaît que les doutes ont été nombreux ces derniers mois, en préparation pour le tournoi.

Ce que Tyler (Tumminia), en tant que nouvelle commissaire, a pu organiser en si peu de temps, c'est renversant!

Il y a beaucoup d'efforts derrière le fait que le tournoi soit télédiffusé, qu'il ait d'importants commanditaires, que nous avons eu l'approbation de l'État de New York et celle pour traverser la frontière. Elle, et les membres du conseil de direction, mérite tout le crédit pour avoir réussi ça.

Pas des touristes

Sarah-Ève Coutu-Godbout, une joueuse de hockey, manipule la rondelle sur la patinoire.

Sarah-Ève Coutu-Godbout a été repêchée par la formation torontoise en mai dernier, à sa sortie des rangs universitaires américains.

Photo : Photo offerte par Kasumi Kobo

La tenue du tournoi vient toutefois à un prix pour les joueuses et le personnel des équipes, celui de circuler comme bon leur semble à Lake Placid.

Les seuls endroits où on peut aller, c'est dans notre chambre, seule, et à l'aréna, avec les filles, fait savoir Sarah-Ève Coutu-Godbout, qui disputera son tout premier match de hockey professionnel, samedi.

C'est sûr que c'est comme l'année qu'on a eue : assez différent. Nous sommes toutes seules dans nos chambres. On peut se parler sur nos téléphones, mais on ne peut pas vraiment sortir.

Mais l'Abitibienne ne va pas s'en plaindre. Elle s'est amené beaucoup de lecture –  des livres de finances, de hockey et sur l'aspect psychologique du sport – et promet de rattraper quelques séries sur Netflix.

Je pense que tout le monde est vraiment fébrile présentement parce qu'on va pouvoir rechausser les patins.

Oui, on est ici parce qu'on aime toutes le hockey et c'est le fun, mais on a des attentes assez élevées envers notre équipe. Sur papier, on a une très belle équipe qui est capable de bien performer et de ramener la Coupe au Canada. On ne veut pas être juste ici en touriste et être la première canadienne.

L'équipe s'est entraînée pour la première fois depuis son arrivée à Lake Placid, vendredi. Elle disputera le premier match de sa saison écourtée contre les Metropolitan Riveters, une équipe de Newark, au New Jersey.

Au terme de ses cinq matchs, le Toronto Six prendra part à un tournoi à la ronde. Les quatre meilleures équipes participeront aux demi-finales, qui auront lui le 4 février. La finale de la coupe Isobel aura lieu le lendemain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !