•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon renforcera-t-elle son règlement sur les détecteurs de monoxyde de carbone?

Un détecteur de monoxyde de carbone.

Selon les experts, des dizaines de millions de maisons au Canada ne possèderaient pas de détecteur de monoxyde de carbone. (archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

La Ville de Saskatoon songe à rendre obligatoire l’installation d’un détecteur de monoxyde de carbone dans tous les bâtiments. Pour le moment, seules les constructions faites après 2009 doivent en être équipées.

Une initiative qui arrive une semaine après que 29 résidents d’un immeuble à logements ont dû être évacués après la découverte d’un chauffe-eau laissant échapper le gaz.

Le maire de la Ville des Ponts, Charlie Clark, se fait toutefois prudent.

Avant de passer directement la nouvelle loi, nous devons être sûrs de comprendre quel rôle la Municipalité doit avoir dans le dossier, explique-t-il.

L’inhalation du monoxyde de carbone, un gaz qui n'a ni odeur ni goût, peut potentiellement être mortelle.

En 2019, deux enfants de la région de Prince Albert en sont d’ailleurs morts.

Or, la Saskatchewan fait piètre figure en la matière sur la scène canadienne.

Entre 2002 et 2016, la province a vu une augmentation de 34 % du nombre d’hospitalisations liées au monoxyde de carbone par habitant, soit la plus grande hausse observée au pays, selon un rapport de l’Université de la Vallée du Fraser publié en 2017.

Selon Len Garis, ancien chef pompier et coauteur du document, un incident comme celui de la semaine dernière n’est pas surprenant. Il rappelle toutefois que l’histoire aurait pu se terminer d’une manière bien plus tragique.

Un portrait de Len Garis.

Len Garis est également professeur adjoint à l'École de criminologie et de justice criminelle à l'Université de la Vallée du Fraser, en Colombie-Britannique. (archives)

Photo : CBC / Rafferty Baker

La situation est encore plus à risque en hiver lorsque les gens gardent les fenêtres fermées, explique-t-il. Pour se réchauffer, les chaudières et les systèmes de chauffage fonctionnent au maximum.

Les recherches effectuées pour le rapport montrent que 300 personnes ont perdu la vie au Canada à cause du monoxyde de carbone au cours de la période étudiée et que 200 autres ont dû être transportées à l’hôpital.

Ces données nous inquiètent beaucoup.

Len Garis, ancien chef pompier et coauteur du rapport « Empoisonnement, hospitalisations et décès liés au monoxyde de carbone au Canada »

Len Garis aimerait voir un changement dans les réglementations dans l’ensemble du pays pour rendre obligatoire l’installation d’un détecteur de monoxyde de carbone.

En 2014, l’Ontario a passé une telle loi.

Une responsabilité partagée

Or, en Saskatchewan, le gouvernement provincial souhaite consulter les diverses parties prenantes avant d’adopter un nouveau Code national du bâtiment, qui devrait être rendu public vers la fin de l’année.

Le maire de Saskatoon affirme qu’il est en contact avec la province à ce sujet et qu’il souhaite poursuivre la discussion.

Je crois que nous devons travailler à tous les niveaux de gouvernement parce que chacun d’entre nous a différentes responsabilités en matière de santé et de sécurité, explique Charlie Clark.

En attendant que des changements soient apportés à la loi, Len Garis souhaite que l’incident survenu la semaine dernière serve à rappeler que tout le monde peut être victime d’un empoisonnement au monoxyde de carbone.

Avec les informations de Theresa Kliem

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !