•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-employé de Google condamné pour avoir volé des secrets d’affaires gracié par Trump

Donald Trump fait un salut de la main près d'un hélicoptère.

Donald Trump fait un signe de la main avant d'embarquer à bord de l'hélicoptère présidentiel Marine One, après avoir quitté la Maison-Blanche pour la dernière fois, peu après 8 h

Photo : Getty Images / AFP/MANDEL NGAN

Radio-Canada

Anthony Levandowski, un ancien ingénieur de Google qui a volé des documents secrets sur les voitures autonomes du géant du web avant de diriger une division d'Uber dans la même branche, n’aura plus à faire de prison : son nom figure parmi la liste des 73 personnes à avoir reçu les derniers pardons présidentiels de Donald Trump mercredi.

En août 2020, un juge de San Francisco a condamné l’ingénieur à 18 mois de prison pour ce qu’il a qualifié du plus grand crime de secret d’affaires [qu’il a] jamais vu.

L’ingénieur Anthony Levandowski a volé plus de 14 000 documents qui contenaient, entre autres, des informations sur l’ancienne division de voitures autonomes Waymo de Google.

Une voiture blanche avec un logo en forme de « w » circule dans une rue en milieu urbain.

La compagnie Waymo, une filiale de Google, lancera dans les prochains jours son service de taxis sans chauffeur.

Photo : Waymo / Aron Pruiett

Peu de temps après avoir quitté le géant californien, il a lancé sa propre entreprise de camions autonomes, Otto, rachetée par Uber Technologies, compagnie dans laquelle il dirigeait un projet similaire. Dans la foulée de cette histoire, l’ingénieur a été congédié en 2017.

Il a plaidé coupable des accusations portées contre lui en échange d’une peine moins importante, évaluée au départ à 10 ans de prison.

Cela n’a pas empêché Donald Trump de gracier Anthony Levandowski mercredi, jugeant qu’il avait déjà payé un prix important pour ses actions. La Maison-Blanche a également mentionné dans son mémo qu’il pourrait désormais consacrer ses talents à l'avancement du bien public.

Lors de la condamnation de Levandowski, en août dernier, le juge avait qualifié l'homme d'ingénieur brillant et novateur dont [les États-Unis] ont besoin.

Photo portrait d'un homme blanc avec un chandail noir qui sourit à la caméra sur fond gris.

L'ingénieur Anthony Levandowski.

Photo : Wikipedia

Une dizaine de grands noms de la Silicon Valley, dont le fondateur d’Oculus Palmer Luckey, ont appuyé sa grâce, selon le communiqué.

Anthony Levandowski a mentionné à TechCrunch que sa famille et lui étaient reconnaissants d'avoir eu la possibilité d'aller de l'avant et remerciaient Donald Trump et les autres personnes qui l’ont soutenu et défendu.

L’ingénieur attendait d'être incarcéré une fois que la crise de la COVID-19 se serait calmée.

Avec les informations de TechCrunch, Bloomberg, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !