•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les changements fréquents aux règles sont source de « confusion et de frustration »

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.

Une spécialiste des communications insiste sur l'importance d'émettre des directives claires à la population pendant une période stressante comme une pandémie.

Photo : iStock / SIphotography

Depuis le début de la pandémie, les règles sanitaires entourant la COVID-19 changent souvent. Normal, mais encore faut-il avoir la bonne stratégie pour communiquer ces nouvelles informations, selon une spécialiste.

Lorsque la pandémie a frappé en mars, tous les gouvernements du monde ont dû trouver rapidement des façons de contrôler la propagation de cette maladie.

Après un confinement général en mars, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a instauré un plan de déconfinement basé sur des phases de couleur.

Santé publique du Nouveau-Brunswick - Phases et déclencheurs.

Voici le premier tableau des phases de couleurs dévoilé par le gouvernement du Nouveau-Brunswick le 25 avril 2020.

Photo : Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Mais depuis, les restrictions dans chacune des phases jaune, orange et rouge, ont changé souvent.

La plus récente modification, soit la décision de garder les écoles ouvertes dans les zones en phase rouge, a semé la colère chez les enseignants et dans la population.

Voici une liste non exhaustive des principaux changements apportés aux phases du plan de rétablissement entre avril 2020 et janvier 2021.

Une source de confusion

Selon la stratège en communications Pascale Paulin, ces changements créent de l’incertitude et du stress au sein de la population.

Pascale Paulin.

Pascale Paulin croit qu'il est crucial de bien communiquer tout changements aux règles pour que les gens acceptent de continuer à les suivre.

Photo : Radio-Canada

Plus il y a de changements et plus on avance, plus c’est difficile pour les citoyens de suivre parce qu’il y a énormément d’informations, croit-elle.

Elle estime que cela entraîne de la confusion et de la frustration chez les gens.

Cette frustration va faire qu’en fin de compte, les gens vont être moins portés à suivre les règles.

Pascale Paulin, stratège en communications

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement se défend de changer les règles en affirmant que les décisions sont prises au fur et à mesure qu’on en apprend plus sur la maladie et sa transmission.

Mais Mme Paulin croit qu’un véritable plan de communication est nécessaire lorsqu’on veut communiquer ces changements.

On est en pandémie, c’est quelque chose qu’on n’a jamais vécu, admet-elle. Mais le plus possible, par exemple pour les écoles et la phase rouge, si c’est quelque chose à laquelle on a réfléchi, il aurait fallu le communiquer avant.

Les gens deviennent anxieux, ils deviennent plus stressés, donc ce n’est pas un temps idéal pour annoncer et communiquer de nouvelles choses, pense-t-elle.

Enfin, elle estime que les autorités auraient beaucoup à gagner à simplifier leurs messages, par exemple en écourtant les conférences de presse et en publiant des informations claires et simples sur les médias sociaux.

L'Alliance des gens dénonce les changements

Le chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, a dénoncé mercredi dans un communiqué de presse les changements fréquents aux règles.

Il y a eu des échecs constants relatifs aux communications entourant les phases et les zones, et c'est sans compter les règles qui changent sans arrêt, affirme M. Austin dans ce communiqué.

Portrait de Kris Austin

Kris Austin, chef de l'Alliance des gens, croit que les changements aux règles sèment la confusion.

Photo : CBC

Il s'interroge entre autre sur le bien fondé de la décision de fermer les lieux de cultes et les salons de coiffure, sans preuve que ces lieux sont des sources de contamination.

Certaines de ces décisions m'apparaissent arbitraires et impossible à renforcer et les changements constants sèment la confusion dans la population, ajoute-t-il.

Avec les informations de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !