•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ambulanciers de Montréal et Laval procéderont seuls au transfert de patients

Les ambulanciers paramédicaux d'Urgences-santé étaient jusqu'ici accompagnés de professionnels de la santé quand ils transportaient des patients d'un établissement à l'autre.

Des ambulanciers d'Urgences-santé transfèrent un résident d'un CHSLD.

Les ambulanciers d'Urgences-santé répondent ainsi à une demande du ministère de la Santé.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Les techniciens ambulanciers paramédicaux (TAP) d'Urgences-santé viennent en aide au personnel du réseau de la santé, à bout de souffle après 10 mois de pandémie. À partir de vendredi, ils vont assumer seuls le transport de patients nécessitant des soins pendant leur déplacement d'un établissement à l'autre dans le Grand Montréal.

Le transfert régulier de patients entre établissements a toujours existé. Nos ambulanciers paramédicaux vont continuer à le faire. Par contre, ce qui va changer, c'est qu'on va s'occuper seuls des transports où l'état de santé du patient nécessitait la présence de professionnels à bord de l'ambulance, précise Stéphane Smith, porte-parole d'Urgences-santé.

Ces professionnels étaient des médecins, des infirmières ou des inhalothérapeutes, qui devaient quitter temporairement leur unité de soins pour la durée du transfert. Ces absences avaient des conséquences sur le réseau de santé du Grand Montréal, aux prises avec un taux d'absentéisme de plus en plus élevé après 10 mois de pandémie.

À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux, Urgences-santé bonifie son offre de transport ambulancier en lançant vendredi le projet baptisé Kilo-A.

Nous voulons désormais éviter à ces médecins, infirmières et inhalothérapeutes de quitter leurs hôpitaux pour du transport de patients. Nous allons donc fournir des équipes de trois ambulanciers formées de deux en soins primaires, et d'un autre à l'arrière, qui sera spécialisé en soins avancés.

Stéphane Smith, porte-parole d'Urgences-santé
Portrait de Stéphane Smith.

Stéphane Smith est porte-parole d'Urgences-santé.

Photo : Radio-Canada / Antoine Sirois, caméraman

Jusqu'au retour à la normale

Une note interne d'Urgences-santé consultée par Radio-Canada indique que les TAP vont donner un répit aux professionnels de la santé jusqu'à la fin des restrictions sanitaires.

Le projet est sur les rails pour plusieurs mois.

Actuellement, c'est environ 15 % des quelque 1000 ambulanciers paramédicaux d'Urgences-Santé qui ont la certification en soins avancés pour participer au projet Kilo-A.

Pour débuter ce nouveau service, deux équipes seront sur la route du lundi au vendredi pour effectuer les transferts sur les territoires de Montréal et de Laval.

Selon la demande des hôpitaux, nous pourrons ajouter plus d'équipes sur le terrain. On compte déjà ajouter le service durant la fin de semaine, souligne Stéphane Smith.

Deux ambulanciers devant des ambulances.

Environ 15 % des ambulanciers paramédicaux d'Urgences-santé ont la certification en soins avancés.

Photo : Ivanoh Demers

Un vent de solidarité

Plus tôt cette semaine, les membres de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM) ont offert d'aider les infirmières, dont le taux d'absentéisme ne cesse d'augmenter.

Ils ont entre autres proposé de contribuer au triage dans les salles d'urgence ou d'offrir du soutien pour alléger la paperasse qui représente une bonne partie de leur charge de travail.

Ailleurs au Québec, la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie (CAM) a aussi exprimé la volonté de prêter main-forte au milieu hospitalier.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !